Sans famille, pas seulement un livre

Sans famille, roman (1878) d’Hector Malot, minisérie animée (1981) de Jacques Ertaud, film (2018) d’Antoine Blossier existe maintenant dans le monde théâtral !

Je suis allée voir le spectacle, le 8 décembre dernier et cette pièce m’a énormément plu. C’est l’histoire d’un petit garçon, nommé Rémi, qui va chercher sa famille, accompagné du vieux musicien Vitalis, après lui avoir été vendu par celui qu’il croyait être son père et qui était parti de la maison depuis des années à cause d’un procès. Avec la troupe de Vitalis qui, dans la pièce se révèle être Joli-Cœur, un petit singe affectueux habillé de rouge, et Capi, un gros chien, il manque malheureusement Zerbino et Dolce (d’autres chiens) qui ne sont pas représentés dans la pièce. Rémi chantera avec Vitalis, qu’il considère comme son père, et subsistera de cette manière, bravant les froids et les tempêtes… Il rencontrera Mattia, un fidèle ami, qui l’aidera à chercher sa véritable famille. Personnage important à ne pas oublier : Arthur, un enfant handicapé qui voit du paysage en se promenant sur un fleuve avec sa mère.

Dans la pièce de théâtre, les rôles des personnages étaient distribués ainsi :

  • Véronique Vella (apparaissant également dans 7 minutes, sous le nom de Blanche) jouait Rémi (hé oui ! Une fille peut jouer un garçon sans problème, d’ailleurs Véronique Vella jouait très bien son rôle !)
  • Thierry Hancisse jouait le fameux Vitalis ainsi que le père Driscoll (un personnage bien mystérieux comme le reste de sa famille)
  • Clotilde de Bayser jouait la Mère Barberin (mère adoptive de Rémi), la Mère Driscoll et Riccardo (c’est un ancien ami de Mattia dans mes souvenirs…)
  • Bakary Sangaré jouait Capi (oui, le chien était joué et très bien)
  • Jean-Chevalier jouait Mattia et Joli-Cœur (ou, du moins, manipulait le petit singe qui était une marionnette)
  • Antoine Prud’homme de la Boussinière jouait le Gendarme toulousain, Arthur Milligan (le fameux), le Docteur, Gianni, le Welsh Guard, et Grand-Père Driscoll
  • Alexandre Zambeaux jouait le Père Barberin (qui vend Rémi), Garofoli (soi-disant ami de Vitalis), l’Infirmière et James Milligan (oncle d’Arthur)
  • Camille Seitz jouait l’Aubergiste, Madame Milligan (la mère d’Arthur), Laetitia (autre amie de Mattia), la Passante anglaise et la Fille Driscoll
  • Sans oublier, bien sûr, la metteuse en scène, Léna Brénan (avec qui nous avons échangé quelques mots). Le reste de l’équipe technique est visible sur le site : https://www.comedie-francaise.fr/fr/evenements/sans-famille2122

Dans cette pièce, j’ai beaucoup aimé les décors. Une maison pouvait se transformer en lit ou bien en petit abri provisoire ! Et, mieux que ça : les décors tournaient autour de la scène (comme Le Cygne, le bateau d’Arthur et sa mère) et cela permettait aux acteurs « d’avancer » sans sortir de la scène.

À la sortie de la salle, nous avons pu échanger quelques mots avec Léna Brénan, elle nous a dit que le but principal de sa pièce était de donner envie de retourner au théâtre : et je peux vous assurer que ça a marché !

Sans famille est une pièce que j’aime beaucoup, peut-être celle que j’ai aimé le plus durant mon Parcours Spectateur (qui est maintenant fini). Je conseillerai bien cette pièce, mais les représentations se sont terminées le 9 janvier, il y en aura probablement d’autres (je l’espère) alors tenez-vous au courant ! Je conseille aussi de lire l’histoire après avoir vu la pièce, car j’ai été un peu perdue au cours du spectacle (une histoire de famille assez complexe !).

Justine

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s