L’attentat raciste de Buffalo, cause, conséquences

Le samedi 14 mai, dans le supermarché Tops de la ville de Buffalo (État de New York), Payton Gendron, américain blanc vivant à 300 km de Buffalo, 18 ans, a tué 10 personnes et en a blessé au moins 3 !

La cause

Le FBI pense que c’est un crime à motivation raciste et a ouvert une enquête : « Nous enquêtons sur cet incident comme étant à la fois un crime motivé par la haine et une affaire d’extrémisme violent à motivation raciale » déclare un agent spécial du FBI à Buffalo. La gauche française dénonce aussi la théorie de Renaud Camus, français essayiste d’extrême droite, qui a introduit la notion du « grand remplacement », théorie qui a incité Gendron à commettre cette tuerie. En effet, le terroriste avait publié un manifeste raciste de 180 pages dans lequel il mentionne celle-ci.

Les conséquences

Comme je l’ai déjà dit, il y a eu 10 morts et 3 blessés. Onze de ces personnes étaient noires puisque l’assassin visait les personnes afro-américaines.

Plus de détails

Payton Gendron a diffusé en direct son massacre sur Twitch (les diffusions furent coupées deux minutes après le début de la publication) qui a été republié sur Twitter et Facebook. Le tueur avait placé une caméra sur son casque !

Cet attentat rappelle celui de Christchurch, en Nouvelle Zélande, qui avait été provoqué pour la même cause en 2019.

Le FBI a tardé à trouver l’auteur, car il n’y avait aucune information sur le lieu, la date et son identité. Il avait même brouillé les pistes en se servant de fausses photos !

En entrant dans le magasin Tops, un agent de sécurité lui a tiré dessus mais Gendron avait un gilet pare balles et c’est finalement l’agent qui fut tué !

A mon avis, notre civilisation a encore bien des choses à réaliser si l’on veut atteindre une égalité parfaite entre tous les êtres humains quand on voit de tels attentats racistes, les femmes qui doivent porter le voile intégral alors qu’elles n’en ont pas envie, les féminicides, etc. etc.

Mais il faut que l’envie de gagner ce combat de tous les jours soit plus grande que la peur de le perdre.

Message à ceux du futur (s’ils ne sont pas morts étouffés par la pollution) : Si vous atteignez cette égalité parfaite, c’est que vous êtes très avancés (comparés à nous). J’en conclus que la machine à remonter dans le temps existera, donc, s’il vous plaît, utilisez-la pour me prévenir. J’aurais la conscience plus tranquille !

Sur ce, bon weekend !

Justine

Les femmes doivent porter le voile intégral en Afghanistan

Les talibans qui ont pris le pouvoir en Afghanistan le 15 août 2021, après avoir interdit aux filles de fréquenter les collèges et les lycées, viennent d’imposer le voile intégral à toutes les femmes. C’est un voile qui doit cacher, non seulement le corps, mais aussi le visage. Les femmes qui le portent sont comme derrière une grille.

Pour les femmes qui refuseraient, les talibans menacent que leur mari, leur père, ou leur tuteur aille en prison pendant 3 jours.

Je trouve que cette règle ne respecte pas la liberté des femmes, c’est révoltant !

Claire

Russie : le défilé du 9 mai

Le 9 mai, en Russie, on célèbre la victoire de l’URSS contre l’Allemagne nazie en 1945. C’est un grand évènement pour tous car la Russie a eu un nombre considérable de morts : 20 000 000. Lors de cette date historique, les citoyens russes défilent en brandissant des photos des victimes de la Seconde Guerre Mondiale, on les appelle les « immortels ». Le Kremlin s’est assez vite « accaparé » cette tradition et en 2015, Poutine avait défilé avec une photo de son grand-père.

Ce 9 mai 2022, alors que la Russie est en guerre avec l’Ukraine (que Poutine désigne comme un pays nazi), le dictateur a fait défiler ses troupes militaires puis a fait un discours de 11 minutes sur la place Rouge.

Défilé du 9 mai à Moscou / Capture d’écran RTBF 10/05/2022

On aurait pu s’attendre à un discours en lien avec « l’opération spéciale » en Ukraine, mais le chef du Kremlin a d’abord parlé de la Seconde Guerre Mondiale et a répété qu’il ne fallait pas retomber dans une « guerre globale » : « Tous ceux qui ont vaincu le nazisme lors de la grande guerre patriotique nous ont donné une leçon des vainqueurs et nous allons suivre leur exemple ». « Notre dette est de garder la mémoire de ceux qui ont écrasé le nazisme […] et de faire tout pour que l’horreur d’une guerre globale ne se répète pas. » Poutine a tout de même « justifié » son invasion de l’Ukraine en expliquant que la Russie devait réagir face à cette « menace absolument inacceptable » mais il ne dit pas toute la vérité : il n’a pas mentionné les attaques à Marioupol pour, d’après un spécialiste de la politique russe à l’université d’Édimbourg, donner l’impression que l’opération militaire ne se passe que dans le Donbass comme cela était prévu. Le dictateur compare la guerre actuelle avec la lutte contre l’Allemagne nazie. Il a aussi répété que l’Ukraine voulaient obtenir la bombe atomique et était soutenue par l’OTAN, une menace pour la Russie ! D’après lui, ce serait la faute de l’organisation si la guerre se poursuit, étant donné que l’OTAN permet à l’Ukraine de se défendre en « [améliorant] les infrastructures militaires » de Kiev.

Pour conclure, le Kremlin poursuit toujours sa campagne mensongère et ne cesse de mentir au peuple russe.

Justine

Le vote contre l’avortement aux États-Unis

Comme vous l’avez déjà peut-être entendu, les États-Unis sont en crise ! La majorité des juges de la Cour suprême voudraient annuler « Roe v. Wade », un arrêt historique qui fait de l’avortement un droit constitutionnel. C’est-à-dire que, si cette annulation est votée, les gouverneurs des États pourront décider s’ils souhaitent ou non autoriser l’avortement dans leur État. Les États du centre et du sud sont pour annuler cet arrêt, car ce sont principalement des Républicains (des Trumpistes).

Les femmes devraient avoir le droit d’avorter si elles le veulent. En plus, ce n’est pas parce qu’on interdit l’avortement que les femmes n’avorteront plus car elles le feront à l’ancienne, c’est-à-dire avec la méthode du cintre ou une aiguille à coudre la laine, ce qui peut provoquer une hémorragie interne et causera leur mort.

Juliette et Lior

Boutcha, Poutine décore l’unité qui commet des crimes de guerres

Le lundi 18 avril, un décret signé par le chef russe Vladimir Poutine, donne à la 64e brigade de fusiliers motorisée, accusée des pires crimes de guerres à Boutcha, le « titre honorifique de Garde » pour ses « actions habiles et décisives lors de l’opération militaire spéciale en Ukraine (qui) sont un modèle d’exécution du devoir militaire, de courage, de détermination et de grand professionnalisme« , écrit le président russe aux soldats. Il récompense donc ces militaires, dont certains ont commis d’atroces crimes de guerre.

Le chef responsable des troupes stationnées à Boutcha, Azatbek Omurbekov, lors de sa bénédiction par un évêque orthodoxe en fin 2021, avait alors dit : « Ce ne sont pas nos armes les plus importantes, l’histoire montre que la plupart de nos batailles se gagnent avec nos âmes« . Il est qualifié aujourd’hui de « boucher de Boutcha ».

Le lieutenant-colonel Azatbek Omurbekov, dans un reportage russe, filmé dans un camp militaire de l’extrême orient russe, organisateur du massacre à Boutcha.

Le monde s’indigne évidemment de ces décorations.

Kenzo

« Don’t Say Gay », une loi homophobe en Floride

Le gouverneur de Floride, Ron DeSantis a, la semaine dernière, signé une loi qui entrera en vigueur en juillet prochain. Mais cette loi n’est pas une loi banale…

Capture d’écran Elle le 30/03/2022

 » Don’t Say Gay », de son véritable nom  » House Bill 1557 « , consiste à interdire aux enseignants de parler de sujets LGBT de la maternelle jusqu’au CE2 ! Pire que ça, cette loi homophobe autorise même les parents à poursuivre en justice l’établissement en question !

Votée par le Sénat, elle aurait pour but de « protéger les enfants » et éviter qu’ils ne soient endoctrinés : « Nous allons nous assurer que les parents puissent envoyer leurs enfants à l’école pour qu’ils apprennent, pas pour qu’ils soient endoctrinés » déclare le gouverneur de Floride avant de signer le texte.

Les réactions avant et peu après la signature du gouverneur de ce texte

Mais cette loi en a offusqué et fâché plus d’un : des manifestations ont lieu, remplies de gens recouverts de couleur arc-en-ciel.

Capture d’écran réaction Joe Biden, BFM TV

Plus important que ça, Joe Biden a réagi en personne : « Chaque élève mérite de se sentir en sécurité et le bienvenu dans sa classe. Nos jeunes LGBTQI+ méritent d’être acceptés tels qu’ils sont. Mon administration continuera à se battre pour la dignité de chaque élève, en Floride et dans tout le pays »  » Cette loi qui vise les personnes transgenres est injuste ! Mon gouvernement s’oppose à ces lois horribles ! « 

L’ONG Equality Florida a également réagi à « House Bill 1557 » qui a « endommagé la réputation de lieu accueillant et inclusif pour toutes les familles de notre Etat » : « Il a fait de nous la risée de tous au niveau national. Pire, il a rendu les écoles moins sûres pour les enfants ».

Disney, la réaction face à « Don’t Say Gay »

Disney avait soutenu économiquement des politiciens favorables à cette loi. Les salariés de Pixar ont accusé Disney, leur maison mère, de couper les scènes d’affection gay : « Presque tous les moments d’affection gay sont coupés sur ordre de Disney, malgré les protestations des équipes créatives et des dirigeants de Pixar. Même si la création de contenus LGBTQIA+ était une réponse aux législations discriminatoires, nous sommes empêchés de les créer. » De plus, …

Accusé d’avoir soutenu financièrement les législateurs à l’origine de la loi homophobe, Disney tente de se racheter et fait don de 5 milliards de dollars à la Human Rights Campaign (un groupe de défense LGBT) ! Mais, aussi surprenant que cela puisse paraître, le groupe de défense LGBT a refusé ce cadeau tant qu’ils ne verront pas Disney agir réellement et publiquement pour que « des propositions dangereuses ne deviennent pas des lois dangereuses ».

Disney, très influent en Floride grâce à son parc, a enfin affirmé publiquement être opposé à cette loi et souhaite remettre des scènes d’affection gay dans ses films. Disney passe maintenant pour l’endroit le plus  » woke «  (selon Wikipédia : fait d’être conscient des problèmes liés à la justice sociale et à l’égalité raciale) mais certaines personnes le voit « mal » comme on peut le constater sur la chaine de Fox News :  » Disneyland est-il devenu le parc de Satan ? «   » Walt Disney se retourne dans sa tombe ! «   » Ils veulent imposer un programme sexuel aux jeunes enfants à travers leurs plateformes. Pourquoi pas renommer l’attraction SEX MOUNTAIN ?! « 

Le Disney, lui, poursuit son mouvement et a annoncé tout faire pour abroger la loi en finançant des actions en justice et en faisant tout pour que Ron DeSantis ne soit pas réélu… au grand déplaisir de ce dernier :  » Ils sont allés trop loin ! Cet État ne leur appartient pas ! Ils ne contrôlent pas cet État ! « 

Petite parenthèse : Zemmour propose également cette loi s’il est élu et est d’ailleurs félicité par le rappeur Booba qui vit justement en Floride !

À mon avis, cette loi est réellement une honte ! J’espère quelle sera abrogée au plus vite car elle est tout à fait injuste et stupide. Elle aurait pour but de « protéger les enfants » mais un enfant ayant une attirance pour une personne de même sexe se posera des questions sur sa propre personne et vivra mal son homosexualité ! Pour moi, au XXIè siècle, le monde devrait avoir fait des progrès et cacher l’existence des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres, non binaires, queers, intersexes, asexuelles, pansexuelles et bispirituelles n’est pas un progrès ; c’est même le contraire. Cela nous fait reculer et nous fait commettre de nouveau nos erreurs du passé (bien sûr l’homophobie est toujours présente mais il y a eu un progrès dans la tolérance envers les altersexuel.le.s).

Justine

Guerre en Ukraine : un fixeur de Radio France torturé !

Ce lundi 21 mars, les détails d’une « aventure » surprenante ont été délivrés sur le site de l’ONG Reporters sans frontières : un fixeur* qui travaillait depuis 2013 pour des médias comme BFMTV, France 2 ou RFI, raconte avoir été enlevé et torturé en Ukraine par l’armée russe pendant neuf jours !

Drapeau ukrainien / Photo France Inter

Un récit glaçant

Le fixeur, préférant garder l’anonymat et ayant utilisé Nikita comme pseudonyme, raconte vouloir rejoindre sa famille, le 5 mars, pour être évacué. Malheureusement, il est capturé alors qu’il était au volant de son véhicule identifié par le sigle « Presse », par des membres de l’armée russe. Le prenant pour un militaire, ils le jettent à terre, le fouillent et lui assènent des coups, bien que le fixeur déclare être un civil. Son véhicule est même mitraillé.

Les militaires russes, en découvrant son métier, le torturent : un couteau passe près de son œil et poursuit son chemin le long de sa joue, on menace de lui couper le visage… Il reçoit des coups de crosses de fusils, se fait jeter dans un fossé et est visé « involontairement » (une balle frôle son visage).

Emmené dans un camp russe, on lui donne des coups de barre de fer sur les jambes et on lui vole son alliance ! Parmi toutes ces souffrances, une est particulièrement violente : les décharges électriques. Plaqué au sol, il ne peut voir avec quel objet lui sont faites ces tortures, mais la douleur est intenable. Il est aussi privé de nourriture pendant quarante-huit heures. Tous ces traitements furent subis à plusieurs reprises…

Neufs jours après son enlèvement, on lui ordonne d’écrire et signer une lettre déclarant son soutien à la Russie et à l’invasion de l’Ukraine. S’il ne perd pas la vie, c’est son honneur qui prend un coup (même si ce qu’il y a écrit ne sera probablement jamais respecté). Il est ensuite déplacé de cave en cave avec trois autres civils, il est ensuite rejoint par un nouveau détenu : un ancien haut fonctionnaire ukrainien.

Libéré, on le relâche dans la forêt et il se met à courir de peur d’être fusillé, mais aucune balle ne siffle. Il repart dans un véhicule avec des civils ukrainiens, d’abord réticents mais forcés par un militaire de prendre le fixeur avec eux.

Fake news ?

Cette histoire n’est apparemment pas une fake news :

« Les différentes parties de son récit ont été corroborées par des entretiens avec un membre de sa famille, un de ses anciens codétenus et deux journalistes de Radio France. Un collaborateur de RSF l’a accompagné lors de son examen médical, qui a permis de confirmer les traitements subis, notamment des commotions et des marques sur les jambes, là où les chocs ont été infligés » explique l’ONG pour prouver la véracité des faits.

Pour finir, ce récit est rapporté par l’ONG à la Cour pénale internationale, après déjà deux plaintes de leur part les 4 et 16 mars.

Justine

* Personne employée (comme guide, interprète etc.) par un(e) journaliste pour faciliter son travail dans une région dangereuse

Un journaliste mort en Ukraine

Ce dimanche 13 mars, le journaliste Brent Renaud est mort, tué par balles alors qu’il circulait en voiture non loin de la capitale ukrainienne, Kiev, avec un autre reporter (blessé gravement). Les autorités locales ont d’abord identifié la personne comme un homme travaillant pour le New York Times mais, après recherches, le badge attestant son appartenance au journal datait de 2015. Le journaliste était en réalité sur un reportage sur la guerre en Ukraine pour le magazine américain Times. Le reporter de 50 ans est le premier journaliste étranger tué depuis le début de la guerre en Ukraine, c’est-à-dire le 24 février.

Brent Renaud

Actuellement aucune lumière n’a été faite sur cette affaire et on ne sait toujours pas la cause de cette attaque sur Brent et son collègue. On ne sait pas s’ils ont été pris dans une fusillade ou s’ils ont été visés.

Je trouve que ces reporters de guerre ont beaucoup de courage et d’audace pour partir dans ces pays en crise, mais je trouve qu’il faudrait que tous ces journalistes soient en sécurité pour couvrir leurs évènements.

Théodore

(Depuis l’écriture de cet article, le 15 mars, on a appris qu’un autre journaliste, Pierre Zarzewski, cameraman à Fox News, avait lui aussi été tué).

Inondations en Australie

Des pluies diluviennes s’abattant sur l’Australie depuis maintenant deux semaines ont causé 20 morts. L’état d’urgence y a été déclaré le 9 mars.

Capture d’écran Sud Ouest 1/03/2022

L’évacuation :

60 000 personnes habitant Sydney ont du évacuer en prévision de nouvelles crues. Les secours font le maximum pour aider la population et retrouver les morts. Au cours de la journée de lundi, les secours ont été appelés pour venir en aide à une centaine de personnes et ce chiffre devait augmenter au fil de la journée de mardi, quand la tempête s’est abattue sur Sydney.

Le barrage de Manly en périphérie de la ville, dans la banlieue de Georges Hall, a débordé. Des habitants ont été coincés dans leurs voitures complètement submergées.

L’Australie, touchée par le changement climatique:

Dans le nord de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, les inondations ont détruit des maisons, emporté des voitures et contraint des centaines d’habitants à se réfugier sur leur toit. Les longues et difficiles opérations de nettoyage ont commencé. Mullumbimby, une ville située au sud de Brisbane est depuis plusieurs jours coupée du reste du monde, sans téléphone, sans internet et sans aide extérieure, a expliqué à l’AFP un habitant.

L’équivalent des incendies:

Ces inondations sont considérées comme l’équivalent des incendies qui ont ravagé l’Australie entre 2019 et 2020. L’Australie a été durement touchée ces dernières années par le changement climatique : les sécheresses, les feux de brousse meurtriers et les inondations y sont de plus en plus fréquents et intenses.

Gaspard


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet. Retrouvez notre précédent article : La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Depuis le début de l’attaque russe, de nombreux bombardements ont lieu. Certains visent des points stratégiques, comme une centrale nucléaire ou une base militaire, ils coupent les lignes téléphoniques…

Capture d’écran BFMTV du 9/03/2022

Mais ils peuvent aussi causer de nombreux dégâts sur des infrastructures civiles et indispensables à la vie des civils. Ainsi, les habitants de Marioupol coincés par le siège de la ville par les forces russes sont privés d’eau et d’électricité depuis une semaine. La cause ? Les bombes russes ont touché aussi des puits de forage d’eau potable dans l’aquifer (la nappe phréatique) et les centrales électriques qui fournissent de l’énergie aux puits pour fonctionner.

Mais l’eau est vitale pour l’homme, les assiégés n’ont plus qu’à faire fondre de la neige ou boire l’eau de pluie.

Ces tactiques (famine, privation d’eau) sont interdites par le droit de la guerre, qui définit ce qu’on a le droit ou pas de faire s’il y a une guerre (exemple : pas d’armes bactériologiques).

Kenzo


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau du 22 mars prochain, toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » (à suivre) concernant le sujet.