La crise de Nice

Crues dans les Alpes-Maritimes : le bilan s'alourdit
Photo de Lionel Urman

Dans la journée du 2 octobre, une catastrophe a frappé l’arrière-pays de Nice. Un déferlement des eaux s’est produit. La région avait déjà connu de graves inondations, en 2014 et en 2015 qui avaient fait 20 victimes. Cette fois-ci, on compte désormais 5 morts, 9 disparus et plusieurs millions d’euros de dégâts.

Ce phénomène risque d’être de plus en plus fréquent et violent à cause du réchauffement climatique : l’eau de la Méditerranée voisine s’évapore en plus grande quantité puis se transforme en pluies torrentielles quand elle rencontre la montagne de l’arrière-pays. Les inondations emportent des maisons, des ponts, des routes…

Ce qu’on ignore peut-être, c’est que c’est en partie parce qu’on a voulu aménager la montagne qu’on l’a fragilisée : à cause du goudron, l’eau ne peut pas imbiber la terre, donc elle glisse le long du sol et transforme les routes en torrents.

Titouan

Résultat des municipales, décryptage !

Le 28 juin dernier a eu lieu le second tour d’une élection municipale hors normes, largement perturbée par la crise sanitaire. Si vous avez entendu parler de « vague verte » ou d’échec du parti présidentiel, voici ce que cela veut dire, avec des exemples concrets, ville par ville.

Paris

Anne HIDALGO - Ville de Paris
Anne Hidalgo / Photo paris.fr

Dans la capitale, la maire actuelle de Paris, candidate socialiste ralliée au second tour par les écologistes, Anne Hidalgo, a été réélue avec près de 49 % des suffrages parisiens. Rachida Dati, candidate du parti Les Républicains a obtenu près de 34 %, elle sera donc la cheffe de l’opposition au Conseil de Paris. Enfin, Agnès Buzyn, candidate de La République en Marche, a perdu des voix par rapport au premier tour, et ne siégera pas au Conseil de Paris, son score étant de moins de 15 %. L’alliance entre Anne Hidalgo et les écologistes donnera à ces derniers une mairie d’arrondissement, mais on ignore encore lequel.

Paris XIV

Dans notre arrondissement, la maire actuelle, Carine Petit, candidate de la liste d’Anne Hidalgo, est réélue. Comme à l’échelle de la ville, c’est la candidate Les Républicains, Marie-Claire Carrère-Gée, qui dirigera l’opposition place Ferdinand Brunot.

Lyon

Grégory Doucet / Photo maintenantlyon.fr
Bruno Bernard / Photo maintenantlyon.fr

Lyon est une des villes qui tombe aux mains des écologistes, après 19 ans de pouvoir de Gérard Collomb (PS puis LREM). Ainsi, Grégory Doucet, candidat Europe Ecologie les Verts en coalition avec les partis de gauche (Parti Socialiste – Parti Communiste Français – La France Insoumise) gagne la mairie avec plus de 50% des voix. La Métropole de Lyon, qui regroupe 59 communes, a aussi été emportée par EELV, et son candidat, Bruno Bernard.

Marseille

Michèle Rubirola / Photo printempsmarseillais.fr
Martine Vassal : "Marseille est à un tournant"
Martine Vassal / Photo « La Tribune »

La deuxième ville du pays ne sait toujours pas à cette heure qui sera sa future maire. Michèle Rubirola, ex-EELV, candidate du « Printemps Marseillais », union de la gauche, semble en bonne position. Elle s’oppose à Martine Vassal, candidate de la droite et successeure de Jean-Claude Gaudin, au pouvoir dans la cité phocéenne depuis 1995. Comme à Paris et à Lyon, la maire de la ville sera élue par des élus d’arrondissement. Or, malgré l’avance dans les urnes de plus de 10 000 voix du « Printemps Marseillais », les deux principales listes ont autant de conseillers municipaux à l’échelle de la ville. Mme Rubirola est quand même en avance du fait du probable soutien de Samia Ghali, dissidente de gauche, qui donnera probablement ses voix au « Printemps ».

Bordeaux

A Bordeaux, un maire écologiste, Pierre Hurmic, a investi l’Hôtel de Ville, après plus de 70 ans de droite. Deux anciens maires de Bordeaux ont étés Premiers Ministres : Jacques Chaban-Delmas (sous G. Pompidou) et Alain Juppé (sous J. Chirac). Cette victoire est-elle due aux nombreux parisiens venus s’installer à Bordeaux ?

Pierre Hurmic candidat aux élections municipales de Bordeaux 2020 Bordeaux Respire
Pierre Hurmic / Photo bordeauxrespire.fr

Strasbourg, Poitiers, Besançon, Tours, Annecy, Grenoble

Dans toutes ces villes, des listes écologistes ont été élues, ou réélues à Grenoble. C’est le cœur de la « vague verte ».

Carte des départements où la préfecture est devenue écologiste / Créée par mes soins

Toulouse

Jean-Luc Moudenc / Photo toulouse.fr

A Toulouse, la liste du maire sortant Jean-Luc Moudenc (LR-LREM) est réélue. C’est la plus grande ville gardée par la droite, avec Nice.

Lille

upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/...
Martine Aubry / Photo Wikipedia

A Lille, la maire socialiste sortante, Martine Aubry, a gagné son quatrième mandat de justesse, avec 227 voix de plus que la liste écologiste. Ces derniers n’ont pas demandé de recompte des voix.

Le Havre, Pau

Édouard Philippe
Edouard Philippe / Photo gouvernement.fr
François Bayrou / Photo assemblee-nationale.fr

Au Havre, le Premier Ministre, Edouard Philippe a conservé son poste face à Jean-Paul Lecoq, candidat communiste pour l’union de la gauche. La question sur son maintien au gouvernement et d’un remaniement est posée. A Pau, François Bayrou a conservé sa ville. Ce sont les plus grandes villes contrôlées par LREM et son allié, le MoDem.

Perpignan

Louis Aliot / Photo louisaliot.fr

Perpignan est la première ville de plus de 100 000 habitants emportée par le Rassemblement National et Louis Aliot, depuis Toulon en 1995.

Conclusion

Les écologistes ont donc emporté beaucoup de grandes villes, mais la droite a bien tenu et s’est relevée après les échecs de la présidentielle de 2017 et des européennes de 2019, malgré la perte de Bordeaux et probablement de Marseille. Le Parti Socialiste s’est aussi réaffirmé au niveau local après sa chute depuis 2017. Enfin, le parti présidentiel, La République en Marche, a connu un lourd échec, notamment à Paris.
Si vous voulez trouver les résultats des municipales dans une ville, voici une page utile :

Résultat des municipales par ville la plus peuplée de chaque département.
Carte créée par mes soins

Noé

Sources :
Le Monde, France Inter, France Info, BFM, Ministère de l’Intérieur, Wikipédia

Coup de tonnerre à l’Assemblée Nationale !

Le 19 mai sur France Inter, le député La République en Marche et ex-candidat à la mairie de Paris et du XIVe arrondissement Cédric Villani a déclaré quitter le groupe majoritaire à l’Assemblée nationale pour en créer un nouveau.

Villani, Batho, Orphelin... qui compose le 9e groupe qui fait perdre à LREM sa majorité
Cédric Villani, Delphine Batho, Matthieu Orphelin
Image HUFFPOST

Ce neuvième groupe, composé pour l’instant de 17 députés, sera intitulé « Ecologie Démocratie Solidarité ». Tous les députés du groupe sont des membres ou ex-membres de la majorité présidentielle, à l’exception de l’ancienne ministre de l’écologie Delphine Batho.

Image illustrative de l’article Groupe Écologie, démocratie et solidarité
Logo du groupe
Image WIKIPEDIA

Les 7 députés encore membres du groupe LREM qui quittent la majorité présidentielle lui font perdre la majorité absolue en passant sous le seuil de 289 députés. En effet, le groupe se réduit de 295 à 288 députés.

Cependant, LREM n’y perdra que très peu, car elle est soutenue par le groupe MoDem, qui compte 46 députés. Le groupe pourrait aussi retrouver sa majorité par le retour de la suppléante de Mr Gaillard, élu maire, qui avait quité LREM.

Evolution de la répartition à l’Assemblée Nationale
LREM en jaune; EDS en vert; MoDem en orange
Graphique Wikipédia

Enfin, les rumeurs qui circulaient sur la création de ce nouveau groupe dans l’aile gauche du macronisme annonçaient un groupe beaucoup plus important, de l’ordre de 58 députés. C’était donc bien au dessus de la réalité. Certains considéreront donc cela comme un semi-échec.

Noé

Sources : lemonde.fr, HuffPost, FranceInter, FranceInfo, Assemblée Nationale

Île de France : la question des transports

La date du 11 mai se rapproche à grands pas et il se pose une question : comment va se passer la reprise des transports, et en particulier en Île de France ?

Normalement, en une journée, ce sont 5 millions de voyageurs qui empruntent les transports de la région la plus peuplée de France. Mais avec la crise sanitaire, la fréquentation a drastiquement chuté à, en moyenne, 500.000 voyageurs par jour.

Un accord a donc été trouvé pour éviter une saturation des réseaux d’Île De France Mobilité (IDFM) en étalant les horaires de prise de service pour ceux qui sont dans l’impossibilité de télétravailler, et le port du masque sera obligatoire dans les transports dès le 11 mai.

L’utilisation du vélo est encouragée. En effet, le gouvernement a mis en place une aide de 50€ pour la réparation d’un vélo et des pistes cyclables temporaires seront créées dans certaines communes.

Thomas

Rythme…

Pendant ce confinement, nous sommes beaucoup à nous plaindre de perdre nos rythmes, de ne plus savoir quel jour on est, de nous endormir et de nous réveiller à des heures toujours différentes…

J’ai aussi ressenti ce sentiment de déroute et de pertes de repères. Mais je me suis « soigné »… Je m’impose une routine : chaque jour, je commence ma journée par une tasse de thé, et avant de me mettre au travail, je lance la radio (France Inter) et ne l’éteins que le soir à l’heure du dîner.

Chaque programme rythme donc ma journée, préréglée par un emploi du temps que je crée chaque lundi matin. Je commence donc à travailler à 10h, avec la deuxième partie de Grand bien vous fasse. Ensuite, la journée continue, en passant par la Bande Originale, les Petits Bateaux et le Jeu des 1000 € auquel je « participe » chaque jour. Ensuite, je vais manger pendant le Grand rendez-vous.

Et le bal reprend jusqu’à 16h ou 17h, et passent les Boomerang, Marches de l’Histoire et autres Affaires Sensibles – mon émission préférée -, voire Popopop.

Mais après le travail, ma journée n’est pas finie, et Par Jupidémie, Un jour dans le monde et Le téléphone sonne défilent pendant que je m’occupe à coudre des masques (j’en suis à douze), traîner sur internet, jouer à plusieurs mais évidemment à distance à Animal Crossing, lire (plus rarement, malheureusement, et je pense parler de ma difficulté à lire en ce moment dans un prochain article, quitte à ce qu’il paraisse dans le Journal de nos confinements)…

Voilà comment je me débrouille pour garder quelques repères pendant cette période déboussolante.

A bientôt, même si j’espère que ce journal sera désuet très vite !

Noé

Gloubiboulga

Je suis assez catastrophique en matière de cuisine, mais par contre, pour ce qui est de manger, alors là, pas de problème. Si on faisait un gâteau composé d’ingrédients de ma vie actuelle, je pense que ça donnerait ça :

  • Une tonne de chocolat. Parce que le chocolat, c’est la base de mon alimentation (oui j’exagère. Beaucoup. Mais un repas sans un carré de chocolat n’est pas un repas digne de ce nom.) Mais attention. Si vous voulez kidnapper Azadée en l’appâtant avec du chocolat, ne prenez pas n’importe lequel : du chocolat noir, 70% cacao si possible.
  • Un peu de piment fermenté. Du piment, parce que le corona virus a complètement chamboulé nos petites vies, mais a fermenté pendant ce confinement interminable.
  • Du lait. Parce que le lait, ça fait grandir, et j’ai toujours l’espoir de me réveiller en ayant pris 5cm pendant la nuit. Qui sait, peut-être qu’à la fin du confinement, je ferai 2m ?
  • Un œuf. Un gâteau sans œuf, c’est pas un vrai gâteau (attention, je ne compte pas les crêpes ou les scones hein !). Quand j’étais petite, j’étais sûre qu’un jour je trouverais un poussin en cassant un œuf, tout ça à cause de Peau d’âne. Depuis, je suis systématiquement déçue quand j’en casse un, ne me demandez pas pourquoi.
  • Des pâtes. La valeur sûre. Au cas où, mon père en a acheté plein de paquets au début du confinement, du coup on y a souvent droit. Notez, je ne me plains pas. C’est un plat assez réconfortant je trouve. (Comme les noodles).
  • Une carotte crue. J’adore le bruit que ça fait quand on croque dedans (croc croc). Un vrai délice à manger avec des bagues.
  • Du pain. Des tonnes de pain. Ma passion. Si vous mangez avec moi, ne vous avisez pas de laisser traîner votre bout, il va vite disparaître. Maintenant, mes parents mettent directement le pain à l’autre bout de la table au début du repas pour être sûrs que je ne mange pas tout. J’adore le pain « crousty » (croustillant en plus court), résultat de la cuisson ultime au grille-pain. Je me souviens de la tête effrayée de ma grand-mère, une fois, alors que je venais de manger une demi-baguette, « Mais tu vas te rendre malade ! ».
  • De la farine. Beaucooup de farine. Devinez pourquoi. J’ai vraiment l’impression de me faire rouler dedans…
  • Du gras. Parce que c’est sûr, après le confinement, on ne sera plus les mêmes…

Bon, vu comme ça, pas terrible le gâteau… Ça me rappelle la recette du Gloubiboulga…

Azadée


Confinés mais pas tout seuls ! On se dit tout accueille un article d’une rédactrice de Veni, Vidi, Valmy, le journal du collège Valmy.

L’état sauve Air France

La crise sanitaire actuelle a mis en très grande difficulté Air France, qui a frôlé le dépôt de bilan. En effet, le secteur de l’aérien est en grande difficulté avec un trafic qui s’est effondré de 90 % en Europe.

La compagnie aérienne a donc dû clouer la majorité de sa flotte au sol, avec un gros manque à gagner d’environ 25 millions d’euros par jour.

L’État a donc employé les gros moyens, avec 7 milliards d’euros d’aides pour éviter la faillite d’Air France, mais en contrepartie, l’entreprise doit être très rentable et doit avoir un plan écologique.

Le directeur général de la compagnie aérienne, Ben Smith, prévoit un retour à la normale en 2022.

Thomas

Disparition inquiétante en Corée du Nord

Depuis quelques jours, le dictateur Nord-Coréen, Kim Jong-Un, aurait disparu. Cela mérite quelques explications :

Kim Jong-un lors d\'une réunion du bureau politique du parti à Pyongyang. Photo diffusée par l\'agence de presse officielle nord-coréenne le 11 avril 2020.
KCNA (Agence de presse officielle de Corée du Nord)
Dernière photo de Kim Jong-Un, le 11 avril 2020, lors d’une réunion du Parti Communiste Nord-Coréen.

Le 15 avril dernier, lors du 108e anniversaire de son grand-père Kim Il-Sung, le « Président Éternel » et fondateur de la Corée du Nord, décédé en 1994, Kim Jong-Un ne s’est pas montré. C’est, si vous en doutiez, inquiétant.

Selon des médias sud-coréens et américains, le dictateur aurait subi une opération cardiovasculaire puis aurait été transféré dans une station balnéaire sur la côte est de la Corée du Nord par train, selon des photos aériennes. Certains disent aussi qu’une équipe de médecins chinois auraient franchi la frontière pour « sauver » le leader Nord-Coréen.

Cependant, il avait déjà disparu en 2014 pendant 6 semaines, il ne faut donc pas s’emballer. De plus, sa sœur, Kim Yo-Jong, qui est pressentie à sa succession, serait encore plus oppressive que son frère.

Si quelqu’un est sûr de mourir si le dictateur a un véritable problème, c’est le chirurgien qui l’a opéré !

Noé

Source : francetvinfo.fr

#GettyMuseumChallenge

Je n’ai pas donné beaucoup de nouvelles ces derniers temps, je sais. En même temps, à part aligner les mots « glande, glande, glande, glande… », je n’aurais rien dit d’autre.

D’accord, les weekends, c’était bien : on a pu faire des choses avec les parents, genre le #GettyMuseumChallenge. Ce défi, c’était vraiment marrant : il s’agissait de reproduire un tableau célèbre avec les moyens du bord.

On s’est affairé pendant une journée à chercher le tableau approprié et une demi-heure à chercher des tissus.

Nous avions choisi une toile intitulée La famille du peintre ; je l’avais trouvée dans un livre de peintures de Matisse à la maison, et on s’y est mis. On a pris un rouleau de papier (de papier, pas de papier toilette), colorié avec des points de couleurs au pastel dessus pour décorer la cheminée ; mis des tissus indiens sur un bout de canapé pour faire le style de l’époque ; colorié encore au pastel une autre bande de papier  pour faire  un papier peint à fleurs ; pris un t-shirt rouge en tant que short rouge ; mis des bandes oranges sur un jeu d’échecs électronique pour recopier le jeu d’échec sur le tableau ; ou encore pris des tissus pour faire les vêtements de mon père…

Chacun a étudié et pris la pause pour, à la fin… avoir un résultat ou mon père avait la tête tournée du mauvais côté !

Il ne nous restait plus qu’à poster notre photo sur les réseaux sociaux. Vous pouvez d’ailleurs la retrouver sur mon compte Instagram, punks2607 (je sais c’est un nom bizarroïde…)

L’autre truc marrant pendant ces weekends, en tout cas que j’ai bien aimé, c’était en gros, un escape-game numérique, à imprimer et sur smartphone avec une appli. Vous pourrez le retrouvez sur le site adios-casa.com . On a bien galéré, mais on a réussi.

Camille


Confinés mais pas tout seuls ! On se dit tout accueille les articles d’Au Menu du Canard, le journal des collégiens de Montgolfier qui, en échange, accueille les nôtres.