Un après-midi à l’Hôtel de ville !

Rien de tel qu’une bonne douche après une journée aussi longue que celle-ci ! Oui vous avez bien lu j’ai passé un après-midi à l’Hôtel de ville ! J’y suis allé avec Mme Josserand et également Timothée, rédacteur à ON SE DIT TOUT.

Super ! Mais en quel honneur ?

Reprenons tout depuis le début ! Notre journal s’est inscrit au Concours Kaléïdo’scoop. Cette compétition comporte un jury votant pour le meilleur des journaux dans différents groupes :

  1. Catégorie Collège
  2. Catégorie Lycée
  3. Catégorie Étudiants
  4. Catégorie Hors scolaire

Ces 4 groupes eux-mêmes divisées par catégories :

  1. Journal Papier
  2. Journal Web
  3. Journal Web TV (chaîne YouTube par exemple)
  4. Journal Radio

Attention ! Chaque catégorie n’était pas forcément représentée dans chaque groupe.

Les prix étaient dans mon souvenir : Coup de pouce, Encouragements du jury, Lauréats (les meilleurs pour ceux qui ne savent pas ce que ça veut dire) et Coup de Cœur.

Vous aurez donc compris que si nous étions chez Mme Hidalgo c’est parce que : nous avons gagné un prix !!! Mais jusque là il nous était encore inconnu…

J’ai donc été choisie pour aller le recevoir avec Timothée, qui « remplaçait » Gaspard qui n’avait pas pu venir, car nous faisions partie des reporters ayant écrit le plus d’articles.

Et alors ? Comment c’était ?

Tout simplement épuisant !

Après les cours du matin nous avons retrouvé Mme Josserand devant le CDI (mon sac comportant un gros classeur et deux cahiers…) puis nous sommes allés prendre la ligne 4 en partant d’Alésia jusqu’à… Châtelet ! Nous avons donc fait 12 stations de métro (+1 prenant la ligne 1 : Châtelet-Hôtel de Ville).

Nous nous sommes ensuite retrouvés devant l’Hôtel de ville sur la place en face. Le corps non pas desséché mais en sueur, le ventre vide mais nos fidèles gourdes avec nous, nous avons attendus sous une chaleur de bête ne serait-ce qu’un signe qui nous indiquerait que nous pourrions rentrer dans le monument déguster un buffet des plus somptueux ! Hélas… Ce n’étais pas vraiment ce qui allait se passer. Le repas de midi ne fut pas composé de petits fours mais de sandwichs !!! N’allez pas me faire croire que la Maire mange des sandwichs à midi !

Mais bon, je ne suis pas du genre à faire la difficile avec la nourriture et mon estomac commençait à crier famine alors j’en ai pris un au thon (Timothée au poulet et Mme Josserand un végétarien) accompagné d’un brownie au noix de pécan 😋 !

Nous avons fini de manger aux alentours de 13h15 puis nous sommes allés attendre devant la porte d’entrée (je vous épargne l’attente en plein cagnard avec des gens rédigeant pour des… canards, ainsi que l’entrée, les tests comme à l’aéroport ou au musée…)

Nous nous sommes ensuite retrouvés dans un grand escalier (ça en faisait des marches) recouvert d’une sorte de tapisserie. Nous sommes arrivés dans une salle où nous avons été photographiés et nous avons eu un badge, un stylo, un carnet, une étiquette et des affiches Jet d’Encre (une association nationale donnant des conseils aux jeunes journalistes). Un grand (mais vraiment grand grand grand !) tableau représentant la saison d’hiver avait été peint sur un mur de la pièce.

Après nous sommes arrivés dans une autre salle remplie de chaises (toujours pas climatisée – nous étions des dizaines imaginez un peu la chaleur corporelle se dégageant dans la la salle !). Vers 14h30 la remise des prix a commencé ! Enfin une dame du nom d’Hélène Bidard, ajointe à la mairie de Paris, a pris la parole pour un discours. Au moins il était simple et encourageant. Elle a cité plusieurs villes de France (quand je dis national c’est pas une blague) dont Paris et notre collège a été indiqué.

Et les prix, ça arrive ?

Oui on y est ! On a commencé par la catégorie Collège, j’ai retenu ma respiration comme Timothée, tous deux stressés à l’idée d’être les premiers à recevoir le prix… Expiration ! On commençait par le journal en papier. C’est là que nous avons vu LE micro pour les journalistes qui devaient donc parler ! Mais Mme Josserand s’est volontairement dévouée pour expliquer l’atelier journal (c’est faux avec Timothée on l’y a un peu obligée…) c’est alors qu’est arrivé le tour des journaux Web !

Le premier journal a reçu un coup de cœur du jury et là nous fûmes appelés… Et notre prix était…

LES LAURÉATS DU JOURNAL WEB CATÉGORIE COLLÈGE !!!!!!!!!!!!!!🤩 C’est le moment d’effectuer une petite danse de la joie, je conseille la traditionnelle Macarena ou le bon vieux floss bien qu’il soit un peu passé de mode !

Bon, il ne fallait pas en douter puisque nous étions les meilleurs, nous sommes les meilleurs et nous serons les meilleurs (en toute modestie bien sûr…)

Et ensuite ? Vous êtes partis ?

Nous aurions bien aimés mais nous sommes encore restés regarder les prix jusqu’à 15h30 environ. Je dois tout de même reconnaître que c’était assez intéressant en particulier dans la Catégorie Hors Scolaire Web TV. J’ai beaucoup aimé les remerciements du créateur de la chaîne YouTube Vin’Cen Quête qui nous a rapidement fait une petite pub pour sa prochaine vidéo qui sort vendredi ! J’ai aussi été impressionnée par la chaîne YouTube Marco Investigation géré par un garçon pas plus âgé que nous les 5èmes ! Il était inspiré par Cash Investigation et s’est finalement lancé tout seul. Il a ensuite été rejoint par deux filles (je ne me souviens plus des prénoms) et a été surpris de voir qu’il avait reçu un prix.

Mourant littéralement sous la chaleur assommante qui régnait nous nous sommes éclipsés en douce et avons refait le chemin en sens inverse, c’est ainsi que s’achève notre longue journée !

Justine

PETIT RETOUR EN IMAGES

Radio Battle

Vous vous souvenez, nous vous avions présenté la Battle d’écriture qui nous avait opposé l’équipe de rédaction de On se dit tout, à l’équipe de rédaction de Veni, Vidi, Valmy, le journal des élèves du collège Valmy.

Et voilà l’aboutissement de cette Battle : une émission de radio que nous avons réalisée tous ensemble et qui a été enregistrée à Radio Clype.

Pour l’écouter, c’est par ICI !

La rédaction

Cartes Pokemon, des prix délirants

Nées au Japon en 1996, les cartes Pokemons reviennent à nouveau en force en 2021… et pas seulement dans les cours de récréation.

Imaginez : en avril dernier, le belge Yves Bruynen refusait l’offre au prix exorbitant de 415 000 euros, pour sa carte « Charizard sans ombre »: il trouvait que c’était trop peu ! Ayant acheté pour 200 euros un paquet Pokemon il y a 6 ans, il en a sorti cette carte dont il estime qu’elle vaudrait à présent presque un demi-million. Et il prévoit, d’ici la fin de l’année, qu’elle vaudra dans les environs du million !

Logan Paul, avant son combat contre Mayweather, le 6 juin à Miami / Photo AFP

La folie a démarré aux USA quand le youtubeur-boxeur Logan Paul (qui compte 22 millions d’abonnés), a commencé à se filmer en train d’ouvrir en direct des boosters Pokemon. Au total, sa collection personnelle aurait été acquise pour 2 000 000 de dollars !

La photo où il apparaît avant son combat de boxe contre Mayweather, le dimanche 6 juin, portant autour du coup et montée sur une chaine en diamants, une carte Charizard achetée 150 000 dollars, a fait le tour des réseaux sociaux. Etant donné sa rareté (il n’en existerait que 3 exemplaires dans le monde) Logan Paul estime que son Charizard vaudrait aujourd’hui 1 million.

Les plus grandes salles de ventes mondiales se sont mises de la partie et proposent des enchères. A Paris, Drouot organisait sa première vente de cartes le jeudi 10 juin 2021. Les prix n’atteignaient pourtant pas des sommes aussi délirantes, la carte la plus chère étant partie à 7 800 euros.

En réalité, les cartes chères sont très rares, donc n’espérez pas trop, dans vos paquets, trouver des cartes valant des centaines d’euros !

Luca, Alphonse

La PMA pour toutes

Manifestation pour la PMA le 25 avril 2021 à Paris / Hans Lucas pour l’AFP

La loi qui autorisera la PMA (procréation médicalement assistée ) aux femmes célibataires et aux lesbiennes va enfin être votée après presque 4 ans de débats, de reports, d’amendements…

Jusqu’à présent la PMA n’était autorisée qu’aux couples hétérosexuels mariés ou vivant ensemble depuis au moins 2 ans.

Malgré l’opposition de certaines personnes qui pensent qu’une famille c’est forcément « un papa, une maman », le vote de cette nouvelle loi est une avancée (même si les personnes transgenres n’auront pas encore le droit à la PMA). D’une part c’est une avancée car ça rétablit l’égalité entre les couples hétérosexuels et lesbiens et d’autre part c’est une avancée car ça rétablit l’égalité entre toutes les femmes.

De toutes manières, les femmes homosexuelles ou célibataires qui étaient déterminées à avoir des enfants par PMA et qui en avaient les moyens, partaient dans d’autres pays où cela leur était permis, en Espagne par exemple, ou en Belgique pour pouvoir y avoir droit. Pour celles qui n’avaient pas les moyens de partir, cette loi rétablit aussi l’égalité entre elles et les femmes plus aisées.

C’est donc un gros progrès pour les femmes. On espère qu’il sera suivi par d’autres.

Lior

Les ambitions de Marine Le Pen

Marine Le Pen, venue soutenir le candidat du Rassemblement National, Sébastien Chenu, dans les Hauts-de-France. Photo Le Parisien / Jean-Baptiste Quentin

Bientôt les élections régionales. C’est l’heure pour Marine Le Pen, d’essayer d’étendre son territoire. En effet, son parti espère gagner la Région PACA (Provence / Alpes / Côte d’Azur) où, selon les sondages, 43% de la population choisirait dès le 1er tour la liste de son candidat, Thierry Mariani. Mais le Rassemblement National (le parti de Marine Le Pen) a aussi des vues sur les Hauts-de-France, la Bourgogne-Franche-Comté et pourquoi pas le Centre-Val-de-Loire.

Pour ma part, j’espère vraiment qu’elle ne réussira pas à gagner son pari, car cela lui donnerait plus de pouvoir et de visibilité sur sa route vers la présidentielle.

On sait que beaucoup de gens ne se déplacent pas pour les régionales, mais s’il vous plaît, allez-y, allez voter pour qui vous voudrez, mais ne laissez pas toute la place aux électeurs de Marine Le Pen !

De plus, les élections régionales permettent d’avoir son mot à dire sur des questions très concrètes comme les transports (par exemple choisir de réduire la place de la voiture dans les déplacements), les choix économiques (développer des industries durables et moins polluantes), la construction ou l’amélioration des lycées (comme de leur offrir de nouveaux équipements informatiques ou sportifs)… etc.

Yannis

Les résultats si attendus de la Battle !

Le collège Jean Moulin a participé à une « Battle ». Il s’agissait d’un défi d’écriture : l’équipe de rédacteurs d’On se dit tout affrontait celle du journal scolaire Veni, Vidi Valmy du collège Valmy. Les articles rédigés seraient soumis aux votes du public (vous) et à celui d’un jury professionnel composé de Galia Tapiero (éditrice et présidente de l’association Jeunes Pages), Didier Morel (journaliste de France 3) et Camille Ménard (ex-journaliste du journal collégien Au menu du Canard) qui les départageraient.

Il y a donc plusieurs semaines maintenant (avant le confinement), nous avons dû tirer au sort une rubrique parmi les propositions suivantes : « 100% local », « Lettre ouverte », « 1 image / 1 article », « Billet d’humeur », « Revue de presse », « Le monde d’après », « Recette / mode d’emploi », « 1 titre/1 article » ou encore « Ça n’intéresse personne ». Les mêmes rubriques étaient proposées à Valmy.

Personnellement j’ai tiré « Billet d’humeur ». Nous avions deux heures pour trouver un sujet et écrire un article en fonction de notre rubrique. Alors nous nous sommes tous mis au travail en espérant être les meilleurs !

Les articles ont été enfin postés le 5 mai et, pour les internautes, il était possible de voter jusqu’au 9. Nous avions très peu de temps mais j’ai fait de la pub pour tous les articles de notre collège.

Le jury s’est réuni de son côté. S’il y avait 3 textes en compétition, il pouvait ajouter 25 points de plus à son article préféré, et 33 points s’il y en avait 2. Je totalisais pour ma part 40.95 % des votes du public pour mon article « Le sujet à ne pas aborder » et l’article le plus haut contre moi en avait 47.62 mais… j’ai obtenu le vote du jury !!! Et j’ai aussi obtenu son prix Coup de cœur ! D’ailleurs je n’ai pas été la seule des rédacteur(ices) d’On se dit tout à gagner puisque notre journal a obtenu le plus de votes en tout !! Alors je tiens à remercier le public et le jury !!!

Si vous voulez lire l’ensemble de nos productions et connaître le palmarès complet, je vous conseille de vous rendre sur le site de La Battle, c’est par ICI.

Ludmila


Petit retour en image sur nos séances d’écriture, à Jean Moulin et à Valmy

Une menace inconnue

Bateaux sur l’Oise, Charles Daubigny (1865)

Ce 28 mars, on annonçait qu’un tableau de la galerie du Louvre, Bateaux sur l’Oise de Charles Daubigny (1865), n’était pas l’original. Un connaisseur (Jean Merlan) avait remarqué qu’un « arbre lui semblait anormalement grand ». Le tableau en question a donc été analysé dans un laboratoire, et une aberrante nouvelle a été annoncée : la toile est en réalité une copie !

Peut-être a-t-elle été remplacée il y a longtemps ! Le tableau s’est révélé factice il y a peu, mais sait-on quand il a été remplacé ?

Le Louvre est très bien gardé et la police ignore comment le voleur a pu s’infiltrer dans la pièce. S’il s’agit d’un vol récent, le Louvre étant en ce moment fermé, ce ne peut pas être l’œuvre d’un visiteur qui a volé le tableau. Peut-être est-ce celle d’un des gardiens – gardiens qui peuvent désactiver le système d’alarme relativement facilement. D’autant plus que certains prétendent un relâchement de la leur surveillance par temps de Covid.

Tout espoir d’autre piste avait disparu pour la police quand, aux dernières nouvelles, un scientifique a avoué avoir fabriqué un système de « chaussures à réaction » sur demande pour quelqu’un qui « souhaite rester anonyme » et qui disait pouvoir rapidement gagner de l’argent grâce à ce dispositif ultra-sophistiqué. Selon un autre témoignage, on aurait vu un point de lumière miroiter au dessus du Louvre dans la nuit du 15 au 16. Le voleur aurait-il pu passer par les airs ? La police reste sceptique et ne sait pas quoi penser de ces témoignages incroyables. L’enquête est en cours, sans aboutissement pour le moment, mais peut-être aurons nous la réponse d’un jour à l’autre.

Balthazar

AstraZeneca, la suspension

Hier, lundi 15 mars, le président Emmanuel Macron a décidé la suspension du vaccin anglo-suédois AstraZeneca dans toute la France. Mais il n’a pas été suspendu qu’en France. Il a aussi était suspendu dans d’autres pays européens.

Mais pourquoi ? Le président a décidé cette suspension du vaccin car certaines personnes ont eu des thromboses (un accident de santé due à la formation d’un caillot de sang qui remonte dans les veines et les bouche). Mais est-ce lié à leur vaccination ? Cela crée deux camps : ceux qui penchent pour un effet secondaire et les autres qui pensent que ce n’est qu’un effet du hasard. Quant à elles, toutes les grandes agences de santé font valoir que les bénéfices de l’AstraZeneca sont bien supérieurs aux risques.

Personnellement, je pense que le gouvernement ne devrait pas suspendre l’AstraZeneca qui représente un tiers des vaccinations françaises. Cela va en faire chuter le nombre alors que l’épidémie est en train de flamber, que les hôpitaux sont saturés et qu’il risque d’y avoir un troisième confinement.

Les listes d’attente des personnes qui souhaitent se faire vacciner sont longues et on aurait pu remplacer les personnes qui n’auraient (éventuellement) plus voulu l’être par manque de confiance, par les personnes volontaires de ces listes.

💉Raphaël💉