Sonita Alizadeh, contre les mariages forcés

Nous allons vous parler de Sonita Alizadeh, une rappeuse et militante afghane contre le mariage forcé. Nous avons découvert cette femme dans les Culottées (la super BD de Pénélope Bagieu), et son histoire nous a marquées, nous aimerions donc vous en faire part !

Sonita Alizadeh est née à Hérat en Afghanistan, en 1996. Son pays est alors dirigé par les talibans. Elle vit dans une grande famille où les filles (femmes) sont considérées comme un poids financier. Elle a dix ans quand elle échappe à son premier mariage forcé mais les talibans obligent la famille à fuir en Iran. En chemin, les talibans les arrêtent et les menacent de leur prendre Sonita s’ils ne leur donnent pas de l’argent. Pour la première fois, Sonita prend conscience qu’elle est considérée comme une marchandise. Sa mère les abandonne ensuite à Téhéran. Sonita atterrit dans un centre d’enfants réfugiés où on l’aide autant que possible. Un jour, à la radio, elle entend pour la première fois de sa vie DU RAP. Elle est subjuguée par ce rythme, cette rage. Au centre de réfugiés où elle vit, elle est entourée d’autres filles mariées à des inconnus par leurs parents. Rongée par l’injustice de ce qu’elles vivent, Sonita commence à écrire. Elle fait ensuite du porte à porte pour vendre ses musiques, ce qui est illégal en Iran (où les femmes n’ont pas le droit de chanter). A l’âge de 14 ans, elle rencontre la réalisatrice Rokhsareh Ghaem Maghan qui décide de faire un documentaire sur elle. Pendant le tournage, sa mère vient chercher Sonita pour la ramener au pays car elle veut la marier pour une somme de 9000 dollars, somme dont elle a besoin pour marier son frère. La réalisatrice offre alors 2000 dollars à la famille pour permettre à Sonita de rester 6 mois de plus à Téhéran. Pendant ces 6 mois, elle va sortir le clip Brides for sales, ce qui signifie « Mariées à vendre ». Son clip rencontre plus de 600 0000 vues. La vidéo rencontre énormément de succès : elle est partagée, likée…

Aujourd’hui, Sonita travaille avec le mouvement Girls are not brides, ce qui signifie « Les filles ne sont pas des mariées ».

C’est une femme courageuse, intelligente qui, quoi que l’on fasse, continue toujours à avancer et dénoncer, même quand on la menace. C’est une personne incroyable, un exemple.

Alma et Lou

2 réflexions sur “Sonita Alizadeh, contre les mariages forcés

  1. tatacaty

    J’ai été très touchée par votre article. Actuellement une jeune femme kurde Nûdem Turak est en prison en Turquie et a été condamnée à 19 ans de prison car elle a chanté en Kurde.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s