Goût

Le goût rance du confinement. Le travail. La flemme. La fatigue.

Le chocolat. Son goût onctueux, délicieux, chaud, fondant, réconfortant, habituel. Comme si rien n’avait changé. « Lève le pied sur le chocolat » m’avait dit le médecin.

Le sport pour compenser. Pas terrible, en intérieur, mais mieux que rien.

Les gâteaux. Délicieux , gras, culpabilisants. « Bon, c’est le dernier » me dit ma mère.

Pourquoi est-ce que j’ai l’impression de manger des cochonneries alors que c’est la crise ? 

Azadée

Suite du « Feuilleton des sens » d’Azadée, rédactrice à Veni, Vidi, Valmy, le journal des collégiens de Valmy

Retrouver la Vue, l’Odorat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s