Les Royaumes de feu, une formidable histoire de jeunes dragons

Le parcours de l’auteure

Tui T. Sutherland.

Tui T. Sutherland est une grande auteure de livres pour enfants. Elle a aussi participé à La Guerre des clans, un best seller mondial, qu’elle a créé avec plusieurs auteurs sous le pseudonyme de Herin Hunter. En 2012, elle s’est lancée seule dans l’écriture des Royaumes de Feu, un best seller là encore, quoique moins connu que La Guerre des clans. Récemment, elle a aussi commencé à écrire SOS créatures fantastiques.

Le livre

Les Royaumes de feu parle de dragons (ce n’est pas marqué, mais ils crachent tous du feu sauf les Ailes de glaces et les Ailes de mer) : les ailes de sables vivent dans le désert, ont un aiguillon venimeux au bout de la queue et peuvent vivre très longtemps sans eau, les ailes de boue peuvent soigner leurs blessures en se mettant dans la boue et peuvent retenir leurs respiration pendant une heure, les ailes de mer peuvent respirer sous l’eau et voient dans le noir, les ailes de pluie peuvent cracher du venin et se camoufler, les ailes de glaces peuvent cracher de la glace, les ailes du ciel peuvent voler très très vite et sont les meilleurs en combat, les ailes de nuit peuvent lire dans les pensés, se fondre dans l’obscurité et prédire l’avenir.

Le tome 1 des Royaumes de feu a été aussi adapté en BD.

Le début de l’histoire se passe dans le Royaume de sable. La reine Oasis est tuée par un charognard (petite bête représentant l’homme). Le problème, c’est qu’elle a eu trois filles : Fournaise, Fièvre et Flamme, qui doivent se partager le trône. La guerre commence : Fournaise s’allie avec les Ailes de boue et les Ailes du ciel, Fièvre avec les Ailes de mer et Flamme avec une grande partie des Ailes du sable et les Ailes de glace. Les Ailes de pluie, considérés comme trop paresseux, ne participent pas à la guerre, et les Ailes de nuit non plus, considérés comme trop puissants.

Une prophétie raconte que la guerre prendra fin et qu’une reine sera désignée parmi les trois héritières d’Oasis, par cinq dragonnets issu chacun d’un clan différent et censés être tous nés naitre lors de la nuit la plus claire.

Argil est un de ces « dragonnet du destin » avec Tsunami, Comète, Gloria, Sunny. Argil est censé être le plus fort avec son gabarit puissant mais il n’aime pas se battre. Découvrez comment Argil s’échappe de sa grotte natale, se fait emprisonner par la reine des Ailes de ciel, et découvre la vérité sur ses parents… Le tome 1 est disponible au CDI. Si vous aimez ce premier volume, sachez qu’il y a une suite et que l’aventure se poursuit dans 12 volumes suivants.

Les Inconnus du collège

Les résultats si attendus de la Battle !

Le collège Jean Moulin a participé à une « Battle ». Il s’agissait d’un défi d’écriture : l’équipe de rédacteurs d’On se dit tout affrontait celle du journal scolaire Veni, Vidi Valmy du collège Valmy. Les articles rédigés seraient soumis aux votes du public (vous) et à celui d’un jury professionnel composé de Galia Tapiero (éditrice et présidente de l’association Jeunes Pages), Didier Morel (journaliste de France 3) et Camille Ménard (ex-journaliste du journal collégien Au menu du Canard) qui les départageraient.

Il y a donc plusieurs semaines maintenant (avant le confinement), nous avons dû tirer au sort une rubrique parmi les propositions suivantes : « 100% local », « Lettre ouverte », « 1 image / 1 article », « Billet d’humeur », « Revue de presse », « Le monde d’après », « Recette / mode d’emploi », « 1 titre/1 article » ou encore « Ça n’intéresse personne ». Les mêmes rubriques étaient proposées à Valmy.

Personnellement j’ai tiré « Billet d’humeur ». Nous avions deux heures pour trouver un sujet et écrire un article en fonction de notre rubrique. Alors nous nous sommes tous mis au travail en espérant être les meilleurs !

Les articles ont été enfin postés le 5 mai et, pour les internautes, il était possible de voter jusqu’au 9. Nous avions très peu de temps mais j’ai fait de la pub pour tous les articles de notre collège.

Le jury s’est réuni de son côté. S’il y avait 3 textes en compétition, il pouvait ajouter 25 points de plus à son article préféré, et 33 points s’il y en avait 2. Je totalisais pour ma part 40.95 % des votes du public pour mon article « Le sujet à ne pas aborder » et l’article le plus haut contre moi en avait 47.62 mais… j’ai obtenu le vote du jury !!! Et j’ai aussi obtenu son prix Coup de cœur ! D’ailleurs je n’ai pas été la seule des rédacteur(ices) d’On se dit tout à gagner puisque notre journal a obtenu le plus de votes en tout !! Alors je tiens à remercier le public et le jury !!!

Si vous voulez lire l’ensemble de nos productions et connaître le palmarès complet, je vous conseille de vous rendre sur le site de La Battle, c’est par ICI.

Ludmila


Petit retour en image sur nos séances d’écriture, à Jean Moulin et à Valmy

Concours : « Slogan et Logo sur la protection de l’eau »

Les éco-délégués et le Club vert, en relation avec le CVC, proposent un concours à tous les élèves du collège :  ​

Objectifs :

– Donner une suite à la journée sur l’eau du 22 mars 2021 en joignant l’art à l’action

– Personnaliser les gourdes avec un autocollant (slogan et logo gagnants)

– Partager des créations d’élèves qui seront publiées sur le journal du Collège « On se dit tout »

Règlement du concours :

– Concours ouvert du mardi 11/05/21 au lundi 24/05/21

– Envoyer un logo et/ou un slogan autour de la protection de l‘eau sur PCN à Enola Minyem ou Mme Beyssat

– Attention ! Ce logo et/ou ce slogan doit être une création personnelle et non copiée de ressources internet- La création peut être individuelle ou le fruit d’un collectif de 3 élèves maximum

– Un jury, d’adultes et d’élèves, comprenant des membres du CVC, des éco-délégués et du Club vert et possiblement d’un Club associé au CDI (N.B. : les membres du jury n’auront pas participé au concours) se réunira la dernière semaine de mai, pour déterminer les gagnants dans les catégories suivantes :

– Catégorie 6ème /5ème : + Meilleur Logo + Meilleur slogan

– Catégorie 4ème /3ème : + Meilleur Logo + Meilleur slogan

– Les gagnants seront récompensés en juin et ces slogans et logos seront transférés sur les gourdes.​

ALORS A VOS CRAYONS ET A VOS PLUMES !​​

L’équipe du Club vert/éco-délégués

L’appel de la forêt (3)

Voilà, ce sont nos derniers textes écrits en atelier Poésie/Science avec l’auteur Laurent Contamin. Mais tout n’est pas encore fini : nous en enregistrerons bientôt une sélection qui sera diffusée sur Radio Clype, et avec le comédien Geoffroy Guerrier , nous préparons un film qui sera tourné en juin. A bientôt !


Le vent souffle dans les feuilles.

Lentement la brume se dissipe, laisse place au soleil matinal.

Petit museau pointe au dehors du terrier. CRAC! La patte du renard casse la branche. Crac… Cette fois c’est une souris…

Plus un geste.

Plus un bruit.

Plus un souffle… Le renard fléchit… Sort les dents… Et bondit ! Cri perçant!

Souris dans la gueule il rentre.

Le bout de sa queue rousse disparaît dans le terrier.

La forêt reprend son calme, comme s’il ne s’était rien passé.

Battement d’ailes. L’oiseau s’envole. Haut. Plus haut. Plus loin. Un point noir dans le ciel bleu. Un point qui revient, qui repart. Qui n’a pas de départ pas d’arrivé.

Il va où bon lui semble, il va où il veut aller, rien ne peut l’empêcher, car c’est un oiseau: le signe de la liberté.

Juliette A


Les feuilles jaunes, rouges, marron s’enchaînent dans leur ronde monotone.

C’est l’automne.

Un animal passe, une belette, les yeux vifs et scintillants, elle part dans le froid en courant.

TCHOC ! Un bogue heurte le sol et s’ouvre, laissant apparaître un marron, sphérique, lisse sous le doigt.

Une brise fraîche emporte le tas de feuilles mortes.

Cachant le petit mais puissant rayon de soleil, elles revivent une seconde fois.

Justine


Les arbres en fleurs. Des fleurs roses et blanches, les abeilles butinent déjà après le long hiver.

Un parfum enivrant, introuvable en magasin, le parfum de la vie.

Deux pigeons roucoulent, dissimulés derrière les feuilles vertes.

Et bientôt, les fleurs seront des fruits.

Les oiseaux chantonnent, sifflent tranquillement.

Ils montent vers le ciel dégagé et essayent d’atteindre la grande étoile d’or de la journée.

Justine

Rencontre avec la rédactrice en chef du journal Le Monde des Ados

Le 23 mars dernier, à l’occasion de la semaine de la presse, nous avons rencontré à l’atelier journal, la rédactrice en chef du journal Le Monde des Ados, Marion Gillot. Nous lui avons posé quelques questions.

Qu’est ce qu’être rédactrice en chef ?

Marion Gillot

Marion Gillot : Etre rédactrice en chef, c’est faire en sorte que le journal sorte, tous les 15 jours puisque nous sommes un bimensuel. C’est coordonner le journal. Je suis un peu comme « la principale » du journal.

Dans l’équipe du Monde des ados, il y a aussi la rédactrice adjointe. C’est un peu la principale adjointe.

La secrétaire de rédaction s’occupe de récupérer les textes, de les relire et de les classer par matière pour les placer dans un début de maquette. C’est un peu la professeur de français du magazine.

Il y a encore trois chefs de rubrique qui s’occupe des pages Actu, Perso, Collège et Culture, une maquettiste (c’est un peu la professeur de dessin !), et une iconographe qui est responsable des photos.

Enfin, nous avons des collaborateurs extérieurs qui sont des pigistes. Un pigiste, c’est un journaliste qui travaille et est payé à l’article.

Nos dessinateurs de presse ne sont pas non plus salariés au Monde des ados. Il y a Na, Bob, Johanna, Fleur de
Mammouth etc… Certains comme Na ou Fleur de Mammouth nous font de magnifiques dessins à chaque numéro. Il ne sont pas salariés mais travaillent avec nous depuis plus de 10 ans.

Quelles sont les difficultés du métier ?

Ça peut être dur de trouver du travail. Mais sinon, au Monde des ados, nous avons toujours sorti des journaux et nous trouvons toujours des idées d’articles.

La couverture du dernier numéro

Qu’est-ce que les ados aiment le plus comme rubriques dans Le Monde des ados ?
La double page « Courrier des lecteurs » a beaucoup de succès. Ce sont les ados qui proposent des sujets. On nous réclame aussi beaucoup de posters. Et puis, on a des lecteurs et des lectrices qui sont des reporters. Chaque quinzaine, notre journaliste Juliette téléphone à un reporter. On a aussi un retour de vos impressions de lecteurs.

Voilà le compte rendu de cette rencontre avec Marion Gillot, rédactrice en chef du Monde Des Ados. Un grand merci à elle d’être venue nous rencontrer !

Arthur et Gaspard

L’appel de la forêt (2)

ils s’enracinent dans la nuit

remplie du vertige de la vie

quand se perdent les ombres.

j’entends le cri d’un oiseau

venu du ciel pour se poser

là où les arbres s’emmêlent.

ils nous écoutent

j’en suis sûre,

quand vient l’aurore,

et le vent.

une espèce menacée.

Juliette H.


L’obscurité de la nuit se dissipe

Laissant place aux rayons du soleil brillant sur la neige

Des traces de pattes sont déjà marquées sur cette couche glaciale

Il est venu

Il est venu pendant que je dormais

Bercé par le bruit de l’eau de la cascade qui s’échoue sur les roches

Allongé sur le sol, j’admire l’immensité des arbres qui m’entourent

Un écureuil passe par-ci, un autre par-là

Je ne bouge toujours pas

La forêt n’a pas besoin de moi

Elle continue à vivre, comme si elle m’ignorait

Je sens l’odeur de l’écorce mouillée

J’entends l’arbre creux me dire de repartir

Je ferme les yeux.

Gabriel


Six heures pile

La neige tient au sol

Le crépuscule s’installe lentement et envahit la forêt de son noir inquiétant.

Sur un arbre imposant

Trois lettres de cinquante ans :

MMM

Elles portent à elles seules, de leur tracé irrégulier,

L’histoire d’un grand amour

D’un amour interdit

Dangereux

Et pourtant présent

Depuis cinquante ans

Et pour l’éternité

Trois simples lettres :

MMM

L-A


Retrouvez-nous tous les samedis pour lire nos textes écrits avec Laurent Contamin en atelier Poésie / Science

Tournoi des 6 nations, fin de la 3e journée !

Voici le match reporté nombre de fois (donc 3è journée du Tournoi), joué vendredi 26 au Stade de France : France Ecosse.

Voici les détails de ce match si attendu.

France vs Ecosse

Un match incroyable plein de rebondissements avec l’essai de Van der Meer qui permis aux Ecossais de gagner ce match qui aurait pu placer les Français sur la première place du podium (il fallait gagner le match avec 21 points d’avance).

Les points français : 9e minute, pénalité de Romain Ntamack entre les deux poteaux, 28e minute, pénalité de Ntamack, 36e minute, essai de Brice Dulin transformé par Ntamack, 46e minute, essai de Damian Penaud non transformé, 66e minute, essai de Swan Rebbadj non transformé, 73e minute, carton jaune pour Baptiste Serin qui sort 10 minutes et ne rentrera plus sur le terrain.

Les points écossais : 15e minute, essai de Duhan Van der Meer transformé par Finn Russell, 19e minute, pénalité de Russell entre les deux barres, 41e minute, carton jaune pour Stuart Hogg, 53e minute, pénalité de Russell, 61e minute, essai de Dave Cherry transformé par Russell, 71e minute, carton rouge pour Russell, 80+5 minute, essai de Van der Merwe transformé par Hastings.

Les hommes de Fabien Galthié après l’essai de Dave Cherry.

Voilà pour ce match mouvementé qui clôtura le Tournois des six nations. Nous attendons avec impatience le suivant.

Arthur

Une menace inconnue

Bateaux sur l’Oise, Charles Daubigny (1865)

Ce 28 mars, on annonçait qu’un tableau de la galerie du Louvre, Bateaux sur l’Oise de Charles Daubigny (1865), n’était pas l’original. Un connaisseur (Jean Merlan) avait remarqué qu’un « arbre lui semblait anormalement grand ». Le tableau en question a donc été analysé dans un laboratoire, et une aberrante nouvelle a été annoncée : la toile est en réalité une copie !

Peut-être a-t-elle été remplacée il y a longtemps ! Le tableau s’est révélé factice il y a peu, mais sait-on quand il a été remplacé ?

Le Louvre est très bien gardé et la police ignore comment le voleur a pu s’infiltrer dans la pièce. S’il s’agit d’un vol récent, le Louvre étant en ce moment fermé, ce ne peut pas être l’œuvre d’un visiteur qui a volé le tableau. Peut-être est-ce celle d’un des gardiens – gardiens qui peuvent désactiver le système d’alarme relativement facilement. D’autant plus que certains prétendent un relâchement de la leur surveillance par temps de Covid.

Tout espoir d’autre piste avait disparu pour la police quand, aux dernières nouvelles, un scientifique a avoué avoir fabriqué un système de « chaussures à réaction » sur demande pour quelqu’un qui « souhaite rester anonyme » et qui disait pouvoir rapidement gagner de l’argent grâce à ce dispositif ultra-sophistiqué. Selon un autre témoignage, on aurait vu un point de lumière miroiter au dessus du Louvre dans la nuit du 15 au 16. Le voleur aurait-il pu passer par les airs ? La police reste sceptique et ne sait pas quoi penser de ces témoignages incroyables. L’enquête est en cours, sans aboutissement pour le moment, mais peut-être aurons nous la réponse d’un jour à l’autre.

Balthazar