Birmanie, c’est pas fini

Vous vous souvenez de l’article sur le coup d’état en Birmanie. Depuis quelques semaines, même si la Birmanie ne fait plus la une des journaux les affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre continuent. Face à la violence de la répression, les protestataires ne manquent pas d’invention. C’est la « révolution des jupes et des sous vêtements » dont on nous parle aujourd’hui dans le journal Libération.

Les manifestants ont trouvé une technique pour freiner les policiers : ils accrochent des jupes et des sous-vêtements féminins en hauteur sur des fils électriques. Stupide nous diriez-vous. Mais pas pour les Birmans car une croyance ancienne dit que si un homme passe sous des habits que les femmes portent sur la partie inférieure de leur corps, il perd toutes ses capacités viriles et doit s’attendre aux pires malheurs !

« En cas de violences , si on doit courir, ça nous donne une longueur d’avance » témoigne un manifestant dans Libération, qui nous rappelle par la même occasion la place primordiale des femmes birmanes dans la lutte contre la dictature.

Louis et Luca

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s