Sur les traces de Philippe Jaccottet

Le poète Philippe Jaccottet est mort le 24 février dernier. En hommage, ces textes écrits par L-A, Juliette et Gabriel en atelier Poésie / Science.

Triste Vérité

Le silence de mon optimisme s’est refait.

Il est englouti par la lumière artificielle de mes éclats de rires.

Encore emplie de fausses joies, un peu de mensonge dans mes promesses pour cacher mes S.O.S. et mon esprit sombre dans la solitude.

En ce texte, j’espère en vain, qu’ils verront le feu de détresse

sur la plage de mes sentiments.

Plus je parais heureuse, plus mes idées sont noires, car l’encre de mes pensées se montre rarement d’un brillant éternel, et je cache très bien mon désespoir de ne pas t’avoir.

Ce désespoir de ne pas te voir.

Ce désespoir qui me tire loin du clair de mes faux sourires…

L-A


Cette nuit, le silence m’a touché. Il a emporté ce qu’il y avait de plus beau.

Puis le jour s’est refait.

Encore une fois, sans bruit, un peu plus loin.

Et les astres éclairent la Terre, qui fermera les yeux. Et l’on y verra plus rien.

Puis très proche de l’horizon, un rayon venu d’un ciel

Plus clair.

Juliette H.


La lumière de l’ombre, celle du temps qui passe.

Puis le souvenir du jour où il s’est retiré.

Lorsqu’elle me révèle, sa voix, que tout peut se briser à mesure que le temps passe,

que le temps court, et que moi j’avance.

Seul dans ce jardin rempli d’humains conduits par un rien, par un tout,

Puis enlevés par le temps.

Juliette H.


Déjà, le silence de la nuit qui avance

S’est bientôt, et pour longtemps, refait,

Dans les forêts, dans les champs.

Encore un peu,

A l’attendre, à l’entendre,

Et quand elle sera là

L’on n’y verra,

Dans ces forêts, dans ces champs,

Plus très clair.

Moi, ce que je veux,

C’est ne voir plus qu’elle.

Regarde-là, le soleil de mes jours,

Et je me vois

Courir

Sans repos, sans fatigue, sans ordres ni limites,

Sur ses traces,

Sur les traces du bonheur.

Mon cœur bat et mes jambes obéissent

A toutes ces nouvelles sensations

Que j’éprouve en secret,

Qui m’animent en secret,

A la conquête de la vie,

A la rencontre de l’amour.

Gabriel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s