Comment se sortir du mal-être

Saint-Raphaël s'engage contre le harcèlement scolaire - Ville de  Saint-Raphaël

Comme tu le sais sûrement, chaque année a lieu la journée contre le harcèlement. Moi, je te propose de réfléchir à « comment se sortir du mal-être » car, oui certes, c’est important de savoir ce qu’est le harcèlement, mais si on en est victime, il faut aussi savoir s’en extraire rapidement pour ne pas rester avec ce poids sur les épaules.

Premièrement, il faut savoir pourquoi tu es dans le mal-être et surtout à cause de qui.

Deuxièmement, il faut partager ce poids, c’est-à-dire en parler :

  • Si tu n’es pas encore assez à l’aise, tu peux commencer à en parler à des êtres non-vivants comme tes doudous, un dessin, etc. Ou à des êtres-vivants, mais qui ne comprennent pas forcément ce que tu leur dis comme : ton chat, des oiseaux, etc.

Une fois que tu te sens prêt ou prête tu dois en parler :

  • À ta famille
  • À un.e ami.e
  • À un.e psychologue si tu n’arrives vraiment pas à t’en sortir.
  • Dans tous les cas, il faut absolument en parler avec une personne extérieure qui peut faire le médiateur
  • Et si tu as été mis.e à l’écart de personnes auxquelles tu tenais, quand tout cela sera passé, essaie de te rapprocher d’elles.

J’espère que ça ne t’arrivera jamais, car ce n’est pas drôle du tout.

Marion

Le concours des pulls de Noël

Ce jeudi, au collège, un concours pour le meilleur pull de Noël est organisé par la vie scolaire. Tous les élèves (et le personnel de l’école !) sont invités à y participer. Celle ou celui qui aura le plus beau pull recevra une petite surprise…

Le pull de Noël est une vieille tradition anglo-saxonne et kitsch, que vous avez probablement tous déjà vu dans un téléfilm de noël américain ou britannique. Il s’agit d’un pull très chaud, le plus souvent tricoté « façon grand-mère » et orné d’un motif évoquant noël : un sapin, un skieur avec son bonnet de laine, un attelage de rennes, un bonhomme de neige, un père Noël.

Personnellement, je trouve que ces pulls sont très moches, mais rigolos ! Ça pourrait alors être marrant de participer à ce concours.

Manu (surveillant) et tous les autres vous attendent avec votre pull de noël

Emile

Le CDI se prépare à Noël

Les collégiens et Mme Deniau ont commencé à décorer le CDI : ils ont mis des guirlandes sur la table ronde, il y a une nappe verte avec sur le dessus une dentelle rouge. Sur cette table comme sur le bureau, il y a des petits sapins verts.

Sont exposées les nouveautés des livres de NOËL, comme le magazine Okapi avec, à sa une, « TOUT CE QUI REND NOS VIES PLUS BELLES », le manga Frankenstein Family ou encore Un chant de Noël de Charles Dickens.

Eluisa

AU ZECOURS : alerte aux contrôles

À l’approche des conseils de classe, les contrôles s’accumulent. Une fois rentré, la première chose à faire, c’est réviser tous les contrôles pour le lendemain. Cela nous empêche de nous reposer et de nous amuser un peu ! Les professeurs veulent compléter nos bulletins avec le plus de notes possible, ce qui nous procure énormément de stress, car on ne peut pas se permettre d’échouer.

Heureusement, certains professeurs nous encouragent à faire de notre mieux et avoir une bonne moyenne générale. Néanmoins, finalement, nous sommes tous d’accord pour dire que les contrôles sont pénibles.

Margot

Un hommage à Samuel Paty

Samuel Paty a été assassiné par un jeune terroriste islamiste le 16 octobre 2020.

La cause ? Il avait montré des caricatures de Mahomet à des élèves pendant un de ses cours d’EMC (Éducation Civique et Morale) qui portait sur la liberté d’expression. Il y a un an, tout le monde était choqué, on parlait tous de ça. Les avis divergeaient sur l’opportunité d’avoir montré ces caricatures : il y avait débat.

Vendredi 15 octobre dernier, dans tous les collèges et les lycées de France, un hommage a été rendu à Samuel Paty.

Car aujourd’hui il s’agit d’éclaircir les faits : au collège Jean Moulin (Paris 14e), les professeurs ont fait un cours pour nous expliquer ce qu’était une caricature, la laïcité et tout ce qui était en rapport avec l’attentat. Une minute de silence s’est déroulée dans toutes les classes, un exposé fait par des élèves du collège sur la laïcité a été affiché au CDI, et plusieurs d’élèves ont écrit des mots ou ont fait des dessins pour exprimer ce qu’ils pensaient sur un tableau.

Juliette

Nos expériences à On se Dit tout

Il y a maintenant un an que je participe à la rédaction de « ON SE DIT TOUT »

Ce que je préfère à l’atelier-journal, c’est le fait de pouvoir tenir les gens informés en le restant moi même : c’est une occasion pour moi d’être au courant de l’actualité (pour ma part, je préfère les faits divers car les grands débats politiques ne m’intéressent pas tellement).

C’était une expérience très enrichissante et en plus, je me suis fait de nombreux amis car au journal, même si les articles sont souvent écrits individuellement, c’est du travail d’équipe ! Le CDI est un endroit de convivialité et d’entraide, l’atelier-journal est génial, j’espère que vous y viendrez pour l’année 2021/2022 !

Louis

On se dit tout

Cette année a été très mouvementée, pourtant c’est une des meilleures que j’ai vécues en classe de 6eC et à l’atelier journal. Bien que je ne sois pas venue beaucoup de fois, cet atelier me tenait vraiment à cœur et c’est pour cette raison que je me réinscrirai l’année prochaine pour continuer cette chouette expérience.

Entre les rencontres avec Marion Gillot la rédactrice en chef du Monde des ados, et l’émulsion avec les camarades de la rédaction, on s’est bien amusé avec tous les membres de l’atelier. Je trouve d’ailleurs que l’on a bien avancé niveau articles durant cette année 2020/2021 parce qu’on en a publié plus de 160 au total entre octobre quand l’atelier a repris et aujourd’hui, notre dernier atelier de l’année. Cela, par moment, faisait presque une publication quotidienne : pas mal non ?

Malgré le protocole sanitaire, on a réussi à s’arranger pour pouvoir profiter pleinement de cette année en faisant des groupes par niveau pour pouvoir quand même nous réunir. Et c’est avec une grande tristesse que nous vous laissons pour cette année 2021 que ce soit nous les 6e ou même les 5e, et les 4e (puisqu’il y avait trois groupes cette année). Nous vous souhaitons de bonnes vacances et une super rentrée !

Flora

Radio bouquins

Les élèves des collèges Jean Moulin, Louise Michel et Valmy présentent, cette année encore, leurs coups de cœur dans la sélection du prix littéraire « Paris d’en lire ».

Tous les élèves de 5eB ont enregistré tout début juin, non pas dans le studio de Radio Clype comme leurs camarades, mais au CDI avec Mme Josserand, leur émission de radio. 

Ils y racontent façon portrait chinois, recette de cuisine ou compte-rendu d’interview, leurs préférences littéraires dans la large sélection du prix : 11 livres étaient en compétition et il y en avait pour tous les goûts, romans, bande dessinée, théâtre, album… 

Merci à Mme Politano, professeur de français, d’avoir encadré ce travail passionnant !

Pour écouter l’émission, cliquer ICI

Le brevet trop de pression ou pas assez ?

Depuis le début de ma scolarité au collège, pour nous inciter à travailler les profs nous donnent toujours comme prétexte que le brevet est dans 3, 2, 1 ans et qu’on devrait commencer à se concentrer, si on veut espérer l’avoir. Chaque année nous avons le droit à au moins deux ou trois discours, surtout en quatrième, pour nous dire que si on ne se met pas au boulot on ne peut même pas espérer un lycée général, et que ce n’est pas en troisième qu’il faudra commencer à s’y mettre.

Je connais aussi des profs qui disent au contraire, que maintenant le brevet, tout le monde l’a. Mais je pense que la plupart des élèves ont la pression. Ainsi ma demi-sœur, en 3ème, qui est une excellente élève, a quand même cette année tellement eu peur pour son oral blanc, qu’elle s’est mise à pleurer et n’a pu continuer à parler. Il est vrai aussi que pour d’autres, cette pression peut donner un challenge, une motivation !

Selon moi, le brevet doit être plutôt simple mais à force d’écouter les profs, cela me met le doute. Je pense que le plus dur, c’est d’avoir le lycée qu’on veut. Dans mon collège, le lycée qu’ambitionne tous les collégiens est le lycée Montaigne. Je le sais parce que j’en ai plusieurs fois discuté avec mes amis. Le lycée Montaigne est un lycée « intermédiaire », il est accessible à beaucoup de gens, il accueille environ trois cent élèves de seconde chaque année, donc plus de chances d’être pris. De plus, c’est un très beau lycée, ça reste un bonus ! Et il est situé devant le Luxembourg un des trois plus beaux parcs de Paris !!

Je pense que les profs devraient être plus encourageants et ça motiverait beaucoup plus.

Ludmila

Un avocat dans notre classe… des précisions à vous donner

Je vous ai déjà parlé de la venue dans ma classe de 6eC d’un avocat dans le cadre du cours d’éducation morale et civique avec Mme Ruz … Maître Estain, avocat au Barreau de Paris, est revenu une seconde fois et il nous a apporté des précisions à sa première intervention qui portait sur le thème de l’identité.

A propos de la mention du sexe sur la carte d’identité il y a eu des changements par rapport à ce que j’ai écrit la dernière fois. Pour l’instant, le sexe neutre est suspendu. Cette décision judiciaire vient de tomber.

L’avocat nous a aussi mis en garde sur notre identité numérique. On a tous une identité numérique, c’est-à-dire les traces que nous laissons de notre identité sur Internet. Maître Estain nous a mis en garde sur le fait de ne pas donner notre vraie identité n’importe comment sur Internet. C’est mieux dans la plupart des cas d’utiliser un pseudonyme, surtout en ce qui concerne les réseaux sociaux.

Il nous a aussi beaucoup parlé de l’identité de l’enfant. L’enfant est une personne et son identité est définie, comme pour les autres personnes, par son nom de famille, qui correspond à sa filiation, son prénom et sa date et son lieu de naissance. La filiation, c’est le lien de parenté entre un enfant et ses parents. L’enfant est aussi un mineur, c’est-à-dire qu’il est sous la responsabilité de ses parents jusqu’à sa majorité, en France, fixée à 18 ans. En tant que personne, l’enfant est protégé par la loi.

Il nous a aussi parlé des enfants qui subissent le divorce de leurs parents et se retrouvent en garde alternée. Il y a des pédopsychiatres et des médecins qui trouvent juste et mieux pour l’enfant d’être dans un domicile fixe. Les enfant n’ont pas le droit de prendre parti pour la mère ou le père:

  • pour les moins de 13 ans, le juge décide et les enfants n’ont pas le droit d’intervenir.
  • de 13 à 15 ans, le juge décide de vous entendre.
  • si vous avez plus de 15 ans, le juge est obligé de vous entendre.

J’ai encore appris plein de choses … c’était un cours passionnant !

Aaliyah

Les résultats de notre concours « Slogan et logo sur la protection de l’eau »

Voilà, le jury de notre grand concours « Slogan et logo sur la protection de l’eau » s’est réuni le 3 juin dernier. Chacun de ses membres a dû juger en conscience les réalisations qui lui étaient soumises selon les critères suivants : esthétique, originalité, finition et adéquation avec le thème de l’eau. Nous sommes donc en mesure aujourd’hui de vous donner les résultats.

Pour le logo, c’est Andréa Montredon en 4èA qui l’emporte. Bravo à elle !

Le logo d’Andréa

Et bravo aussi à tous ceux qui nous ont envoyé leurs propositions !

Pour le logo, notre jury a dû départager

Chaker Berbedj : « Quand il fait beau vaut mieux boire de l’eau » et « Le collège Jean Moulin à eau » 

Naïla Harireche : « Eau, source de survie »

Rayane Miessan :  « Un pour tous et tous pour l’écologie »

Syrine Kalell : « Protect our water »

Et les deux gagnantes exæquo sont… Naïla et Syrine !

L’équipe du Club vert/éco-délégués