L’adieu de Jean-Luc Mélenchon

Jean-Luc Mélenchon était très proche d’être au deuxième tour avec 22,2%. Il lui manquait un peu plus de 1% pour dépasser Marine Le Pen. C’est la première fois qu’il dépasse les 20°% et parmi les candidats de gauche, c’est le tout premier dans le classement. Tous les autres sont en dessous de 5%.

J-L Mélenchon au Cirque d’Hiver le soir du 10 avril / Capture d’écran le JDD du 11/04/2022

Pendant son discours du dimanche 10 avril (après l’annonce des résultats, au Cirque d’Hiver) il a annoncé qu’il s’agissait de sa dernière présidentielle et donc, qu’il ne se présentera plus. Il a aussi demandé à ce que ses électeurs ne donnent aucune voix à Marine Le Pen, mais n’a pas appelé au vote pour Emmanuel Macron contrairement à Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Fabien Roussel et Valérie Pécresse qui a exprimé son soutien à Macron. Il conclue avec un message d’espoir, et invite ses partisans à faire mieux que lui.

Sarah


Le « vote utile » à gauche

Sondage publié par le Huffpost le 9/04/2022

Au vu de l’évolution des sondages montrant que Mélenchon arrivait en tête à gauche, certains électeurs de gauche ont choisi « le vote utile » consistant à regrouper toutes leurs voix pour ce même candidat. Certains candidats de gauche ont protesté en disant que cela ne servirait à rien et qu’il fallait voter avec le cœur : « Il n’y a rien de pire que le vote utile » (Fabien Roussel).

Cela peut peut-être expliquer la « baisse » de nombreux candidats de gauche comme :

Yannick Jadot (le candidat de E.E.L.V un parti de gauche écologique) 4,6%
Anne Hidalgo ( PS le parti socialiste de gauche)1,8%
Fabien Roussel ( P.C.F. le parti communiste) 2,3%
Philippe Poutou (le candidat anticapitaliste d’extrême gauche) 0,8%
Nathalie Arthaud (la candidate de Lutte Ouvrière) 0,6%

Mais ça a permis à Mélenchon de battre son record de voix depuis son début (8% environ). Le problème est que cela n’a pas servi car Marine Le Pen a eu juste 1 % de plus que lui.

Simon et Kenzo

Doit-on mieux former la police à l’accueil des femmes victimes de violences ?

Nous avons regardé dans Phosphore les programmes des candidats à la présidentielle sur un sujet qui nous intéressait particulièrement :

Doit-on mieux former la police à l’accueil des femmes victimes de violences ?

Nous pensons qu’il est important de prendre en compte toutes les violences faites aux femmes, car seulement moins de 2% des viols aboutissent à une condamnation en cours d’assise. Les viols sont encore trop souvent minimisés par la police et suspectés d’avoir été consentis par la victime.

Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon sont d’accord pour mieux former la police. Ils aimeraient accorder 1 milliard d’euros à un plan de prévention et d’accompagnement des victimes.

Mais Marine Le Pen et Eric Zemmour ne sont pas spécialement d’accord. Ils préfèreraient accorder une plus grosse punition aux auteurs de violences faites aux femmes.

Lior et Juliette

Le street art : un outil politique

Vous l’avez sûrement remarqué, devant le collège, des affiches quelque peu hors du commun se mélangent aux banales affiches de campagne électorale. Celles-ci sont l’œuvre de l’artiste Jaeraymie. Enfin, pas directement : ce sont des reproductions de ses « œuvres » originales, exposées dans les villes natales des candidats ou celles où ils ont une certaine influence. Jaeräyme est un artiste de street art, ne se spécialisant pas dans les fausses affiches électorales, mais dont les œuvres revendiquent toutes des idées politiques.

Pour chaque affiche, il invente une petite histoire, à partir d’une proposition comme « Et si…  » : « Et si Pécresse avait fait son coming out », « Et si Eric Zemmour s’était converti à l’Islam », « Et si Le Pen était une avocate spécialisée dans la défense des migrants », « Et si Macron était gilet jaune »… etc. Bref, « Et si les politiques se transformaient en ceux auquel ils s’opposent ».

Timothée, Théodore et Balthazar

Shooting photo pour notre Président

Eh oui, ce n’est pas une blague, alors que la guerre fait rage en Ukraine, Macron fait un petit shooting sur Instagram ! Photographié par Soazig de la Moisonnière (photographe officielle de la Présidence de la République), le président tente de nous montrer qu’il cherche une solution pour aider les Ukrainiens… en vain.

Macron essaye de se montrer comme exténué par la guerre et impliqué dans cette cause. Il ne faut donc pas s’étonner de voir en gros plan des rides, des cernes, des veines apparentes sur sa main « crispée » et une « barbe de trois jours » mal taillée. Le président n’a bien sûr pas le temps de se raser et de dormir (et de dissimuler une potentielle postiche)… Mais c’est aussi au niveau du style vestimentaire qu’il y a un relâchement : Macron ne porte plus une cravate, mais un sweatshirt ! Mais attention, il a bien entendu choisi celui avec le logo de la CPA (Commando Parachutiste Aérien), sans avoir fait son service militaire…

Par ses postures (à peine faites volontairement) du style main contractée et profonde réflexion, on voit immédiatement la préoccupation intense qui l’a vieilli d’au moins cinq ans !

Il a reçu de nombreuses critiques lui reprochant de simuler son inquiétude et de faire un shooting photo en cette période. Les photos ont été détournées (plusieurs fois) pour se moquer de son attitude et même des Ukrainiens l’ont critiqué sur le fait qu’il ne subissait pas la guerre.

Pour ma part, je trouve stupide de faire un shooting photo pendant que des gens meurent et je suis d’accord avec les arguments qui disent qu’il ne souffre pas directement de cette guerre, mais il faut tout de même rappeler que la situation actuelle a un impact économique pour le pays et que Macron a encouragé des pays à rompre des contrats avec la Russie. De plus, il doit aussi supporter les conséquences à l’échelle européenne, car il est président de l’UE.

Malgré nos critiques, forgez-vous votre opinion, car certaines personnes ont été convaincues par ces photos et sa côte de popularité a augmenté dans les sondages. À mon avis, il vaudrait mieux que ce soit lui qui soit réélu pour gérer cette crise que d’autres candidats pro-Poutine…

Justine

Election présidentielle : Emmanuel Macron, la double casquette

Depuis le 3 mars, notre président de la République, Emmanuel Macron, est officiellement candidat pour renouveler son mandat. Mais ce n’était pas une surprise : il était déjà en tête dans les sondages et les membres de son parti (La République En Marche) allaient, déjà depuis des mois, sur les plateaux télé pour conter tout le bonheur qu’avait prodigué leur patron aux Français durant les 5 dernières années.

Photo officielle d’Emmanuel Macron président- Elysee.fr

Macron a réalisé le rêve de tout jeune homme politique : en 2016, il trahit son parti, le PS, pour créer le sien, surreprésenté dans les médias, soutenu par la majorité des candidats au second tour et est élu à la présidence française. En quelques mois, Emmanuel Macron incarnait la figure d’un jeune homme qui avait tout réussi et qui était passé de simple ministre à président.

Mais son mandat ne se passe pas comme prévu… entre un garde du corps qui frappe des manifestants, une flambée des prix de l’essence qui cause des manifestations durant plus d’un an et une réforme visant à faire travailler des métiers compliqués plus longtemps. Il n’est pas le président le plus aimé de la Vᵉ République, et pourtant il est actuellement en tête dans les sondages à plus de 16% du 2ᵉ candidat.

En tant que candidat à la présidentielle et Président de la République, il doit faire attention à ce que ses déplacements de Président ne soient pas utilisés pour faire de l’auto-promo. Sinon il serait accusé d’utiliser des frais de l’état pour sa campagne ce qui est interdit.
Si on suit les sondages, notre prochain Président.e sera, sans surprise, Emmanuel Macron.

Timothée H.

Retrouvez les portraits des autres candidats déjà publiés : Valérie PécresseAnne HidalgoYannick JadotJean-Luc MélenchonArnaud Montebourg, Marine le Pen.

Une théorie raciste reprise par Pécresse ?

Le dimanche 13 février au Zénith, Valérie Pécresse a organisé un meeting.

Des journalistes ont critiqué la forme de son discours. Mais sur le fond ce n’est pas ça le plus dramatique, ce qui choque, c’est la mention de la théorie du Grand Remplacement venant d’une candidate censée être de droite « molle ».

À l’origine de cette théorie se trouve Renaud Camus, militant politique d’extrême droite. Ce qu’il prétend à travers cette théorie est que les étrangers (extra-européens) viendraient remplacer les Français « de souche » et plus généralement les populations de « race blanche ».

De fait cette pensée raciste est reprise d’abord par des hommes politiques et partisans d’extrême droite. Mais Pécresse a laissé entendre qu’elle approuvait celle-ci. Cela pourrait être une stratégie pour garder ses soutiens qui menacent de rejoindre Zemmour…

Juliette

ELYZE, la politique pour les jeunes

ELYZE est une application disponible depuis le 2 janvier, créée dans le but de familiariser les jeunes avec la politique, à l’occasion des élections présidentielles. En effet, on indique que seulement 9/10 des jeunes qui ont atteint la majorité ne se déplacent pas pour aller voter aux présidentielles. Dès sa sortie dans les magasins d’applis numériques, Elyze a eu beaucoup de succès.

Le concept est simple, il s’agit de swiper des propositions issues des différents programmes de différents candidats. Swiper, c’est dire oui ou non à une proposition. Par exemple : créer un pass culturel pour les jeunes, on clique sur un cœur si on est d’accord, sur la croix si on est contre, sur l’émoji si on ne sait pas. Si on ne comprend pas, on peut cliquer sur « en savoir plus ». Au bout d’un certain nombre de propositions, on peut voir se dessiner une tendance… Si on a accepté le plus de propositions d’un candidat, alors ce candidat se retrouvera en premier dans le classement. Pour avoir plus ou moins une idée des idées d’un candidat, on peut cliquer dessus.

https://www.presse-citron.net/app/uploads/2022/01/2022-01-07-11_24_05-Window.jpg

Pour les jeunes adultes ou même les adolescents, je trouve que cette appli est intéressante. Ça nous permet d’avoir une idée de quel serait notre candidat idéal, mais aussi de nous faire réfléchir. Les propositions quand on swipe (image de gauche) sont anonymes et le contenu du texte est neutre. Ainsi, « fermer immédiatement tous les réacteurs nucléaires de plus de 30 ans », si on ne connait pas un minimum de politique, on ne peut pas deviner de quel candidat cette idée est extraite.

ATTENTION ! L’appli ne comporte quand même pas que des points positifs. Par exemple, lors du calcul du classement, l’appli ne prend pas en compte si nous accordons plus ou moins d’importance aux propositions. Ce qui peut totalement fausser nos résultats ! Enfin, rien ne dit que les propositions des candidats sont toutes possibles ! En plus, plusieurs problèmes ont été relevés : Macron, par défaut, est toujours premier s’il y a égalité entre plusieurs candidats. Viens ensuite Hidalgo, puis Jadot. Ce problème est dû à un bug dans le programme informatique. En effet, plus l’application est populaire, plus il y a d’utilisateurs qui relèvent des problèmes !

Les créateurs ont quand même mis à jour l’appli en passant en open source le 20 janvier

À vous d’en juger !

Kenzo

Election présidentielle : Marine Le Pen, extrême-washing

Ces derniers mois, Marine Le Pen est vue par tous les partis comme la candidate pouvant gagner la course à la présidentielle. Mais depuis que Valérie Pécresse est élue comme candidate pour le parti LR un combat s’est organisé entre les deux femmes.

Marine le Pen, fille de Jean-Marie le Pen, homme politique Français d’extrême droite, commence sa carrière en politique comme conseillère régionales du Nord-Pas-de-Calais en 1998. Quelques années plus tard elle devient de plus en plus importante dans le Front National en participant à la campagne de son père en 2002. En 2003, elle commence sa politique de dédiabolisation du FN, ce qui est mal vu par beaucoup de membres du parti. Pourtant, son père l’en nomme quand même vice-présidente.
En 2004, elle est élue au Parlement européen, et puis réélue en 2009. En 2011, elle prend la tête du FN.

Marine le Pen, en 2014 / Photo Wikipédia

En 2017, elle représente le FN aux élections présidentielles ou elle perd au second tour contre Emmanuel Macron. Et cette année l’histoire risque peut-être de se reproduire.

Malheureusement pour elle, Marine Le Pen n’est pas la seule candidate d’extrême droite cette année (même si elle ne se décrit pas comme une candidate d’extrême droite).
Eric Zemmour, le journaliste et écrivain qui se présente à la présidentielle de 2022, lui « vole » des membres du RN comme les députés européens Jérôme Rivière, Gilbert Collard ou Damien Rieu, co-fondateur du mouvement Génération identitaire, qui ont quitté le RN pour rejoindre Zemmour.

Elle reste quand même, avec Macron et Pécresse, une des favorites pour l’élection présidentielle.

Thimothée H.

Retrouvez les portraits des autres candidats déjà publiés : Valérie Pécresse, Anne HidalgoYannick JadotJean-Luc MélenchonArnaud Montebourg

Qui est le président des adolescents ? (bis)

En décembre, nous avions réalisé un sondage auprès des collégiens : Pour qui voteriez-vous aux élections présidentielles ?

Voici les candidats pour lesquels les élèves pouvaient voter (les noms sont cités de l’extrême droite à l’extrême gauche) :

À droite : Eric Zemmour ; Marine Lepen ; Valérie Pécresse ; Emmanuel Macron ( centre droite )

Pour la gauche : Anne Hidalgo ; Yannick Jadot ; Jean-Luc Mélenchon ; Philippe Poutou

Les deux candidats en tête étaient finalement Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon et, comme promis, nous avons réalisé un second tour, en interrogeant de nouveau 50 quatrièmes.

8 % des collégiens sans opinions, 24 % de votes blancs, il reste donc 68 % de voix qui départageront les deux candidats…

Qui sera le président des adolescents ?

Et c’est Emmanuel Macron qui remporte ce second tour, remporte cette campagne imaginaire, remporte tout un pays en crise à gérer, les antivax qu’il a envie d’emmerder, les gilets jaunes qui ne le lâcheront pas, la pandémie qui fait rage dans le monde, le réchauffement climatique qui fait fondre le pôle Nord (etc. etc.) mais ce n’est pas grave ! Comme pourrait dire un Henri IV 2022 : « L’Élysée vaut bien une crise sanitaire. »

C’est vrai qu’avec la situation actuelle de notre planète, on pourrait se demander ce qui pousse des politiciens à se présenter en tant que présidents mais, rassurez-vous, ce n’est pas (seulement) les millions qui les motivent !

Justine et Lior

Election présidentielle : Valérie Pécresse, et si c’était elle ?

Les sondages de ces derniers mois montraient Macron et Le Pen au second tour de la présidentielle. Mais depuis l’élection de Pécresse comme candidate des Républicains, en bouleversant tous les pronostics, les sondages mettent Marine Le Pen et Valérie Pécresse au coude-à-coude.
Alors, est-ce que la présidente de la région Ile-de-France pourrait renverser le cours des élections ?

Valérie Pécresse sur Twitter

Valérie Pécresse commence son parcours en politique par la fonction de députée de la deuxième circonscription des Yvelines. Elle est élue comme candidate de l’UMP, un parti de centre droit.

En 2007, elle devient ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sous le gouvernement Fillon.
En 2011 elle est élue Ministre du Budget et porte-parole du gouvernement.
C’est en décembre 2014 qu’elle est élue, pour la première fois, présidente du conseil régional d’Île-de-France. En 2021 elle est réélue à ce poste.

Elle est candidate à la primaire des Républicains où elle passe le second tour en battant tous les candidats, devançant Eric Ciotti de seulement 1339 voix.
Durant ces débats, on a retenu que les candidats de droite étaient souvent en accord avec le Rassemblement National sur certains sujets comme, en particulier, celui de l’immigration.

On dit de Valérie Pécresse qu’elle est la seule à pouvoir battre Marine Le Pen et passer au second tour contre Emmanuel Macron.

Timothée H.

Retrouvez les portraits des autres candidats déjà publiés : Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg