Le Monde sans fin, énergie et changement climatique

Energies renouvelables, non-renouvelables, tout le monde connaît. Renouvelable = bien, et non-renouvelable = mal. C’est la formule qui est gravée dans la tête d’un enfant après la rapide synthèse de primaire. Il y a aussi : nucléaire=radioactivité=Tchernobyl. Peut-être certains de vos amis vous ont-ils déjà déjà dit des théories contre le nucléaire : « Il faut fermer les centrales, et mettre des panneaux solaires et des éoliennes. » Bien. Vos réactions peuvent être diverses, mais il peut être difficile de discuter sur ces sujets sans connaître concrètement les proportions et les pourcentages.

C’est pour cela que je vous conseille fortement, sans détour ni allusion, ce livre que tout le monde devrait avoir lu en France. Je vous présente Le monde sans fin, un partenariat entre le dessinateur Blain (Quai d’Orsay) et le renommé ingénieur, enseignant et conférencier Jancovici. Ce dernier est titulaire de nombreux grades, a fréquenté les plus grandes écoles et ses conférences sont unanimement addictives. Cette bande-dessinée est un chef d’œuvre de vulgarisation scientifique, compréhensible de tous. Elle offre une vision objective et très détaillée du monde de l’énergie, aujourd’hui tournant autour du pétrole.

Ce livre est indispensable pour avoir une vision critique de la situation, et arrêter de dire : « C’est facile, on a qu’à remplacer les énergies non-renouvelables par des éoliennes ». C’est un véritable conseil : achetez ce livre. Maintenant.

Balthazar

JO 2024 Paris et « exemplarité environnementale »

Les JO de Pékin ont soulevé de nombreuses questions sur la façon dont l’environnement avait été pris en compte. L’enjeu pour les JO d’été, Paris 2024 est, selon son comité d’organisation, d’être un modèle « d’exemplarité environnementale ».

Pourtant, à Aubervilliers, ce même comité voulait supprimer des jardins ouvriers et mettre à la place une piscine d’entrainement. Les personnes qui entretenaient ces jardins n’ont pas été d’accord et des associations de défense de la nature sont venues pour les soutenir.

Les travaux ont commencé, saccageant 4000 m carrés de jardin, mais habitants et associations sont parties en procès. Le 9 mars dernier, la cour administrative d’appel de Paris a enfin rendu sa décision : les jardins ne peuvent être construits !

Capture d’écran 20 Minutes du 9/03/2022

Question « exemplarité environnementale » c’était mal parti du côté d’Aubervilliers. On espère que les autres projets d’aménagements pour les futurs JO sont un peu plus cohérents !

Claire

TV écologie

A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe de On se dit Tout s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet.

Aujourd’hui, nous ouvrons nos colonnes à nos camarades du Club Vert et à leur nouvelle émission de TV écologie.


Retrouvez nos précédents articles : Eau robinet, eau en bouteille : que choisir ?, Choisir l’Eau de Paris pour lutter contre les déchets plastiques, Aceredo : une des nombreuses preuves du réchauffement climatiqueInondations en Australie, La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Eau robinet, eau en bouteille : que choisir ?

Est-ce que c’est mieux de boire de l’eau en bouteille ou au robinet ? On va essayer de répondre à la question en 4 points.

Environnement

Selon un article du journal Le Parisien, 25 millions de bouteilles en plastique sont consommées puis jetées chaque jour en France. Environ une sur deux seulement sera recyclée.

On sait que ce qui ne sera pas recyclé finira dans les océans sous forme de microparticules particulièrement dangereuses pour les poissons et autres animaux marins.

Résultant du match : eau du robinet gagnante !

Santé

L’eau du robinet et extrêmement contrôlée donc elle est potable partout en France. S’il y a un accident qui risque de polluer l’eau (ce qui est rare) les gens sont prévenus et par conséquent n’encourent aucun risque.

Par contre, pour les bouteilles en plastique, toujours selon Le Parisien, « une étude menée par l’Université de New York a jeté un trouble en 2018. Les chercheurs ont retrouvé des microparticules de plastique dans de nombreuses eaux issues de bouteille testée ».

Résultant du match : eau du robinet gagnante !

Prix

1,5 litre d’eau du robinet = 0,54 centime (en moyenne 2 € par an si on boit 1,5L par jour)

1,5 litre d’eau en bouteille = entre 15 et 75 centimes

Résultant du match : eau du robinet gagnante !

Goût

Il y a des gens qui trouve que l’eau du robinet a le goût de chlore. Ça peut arriver (à Paris ce n’est pas le cas) car l’eau doit être désinfectée.

Résultant du match : eau en bouteille gagnante ?

Par forcément : si on met l’eau du robinet en carafe, elle n’a plus de mauvais goût !

Claire


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet. Retrouvez nos précédents articles : Choisir l’Eau de Paris pour lutter contre les déchets plastiques, Aceredo : une des nombreuses preuves du réchauffement climatique, Inondations en Australie, La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Choisir l’Eau de Paris pour lutter contre les déchets plastiques

Chaque année, 8,7 milliards de litre d’eau en bouteille plastique sont consommées en France. Les bouteilles plastique sont dans le top 10 des déchets trouvés dans les océans.

L’Eau de Paris lance une opération qui consiste à laisser les Parisiens remplir leurs gourdes ou prendre un verre d’eau gratuitement dans les commerces, restaurants et entreprises. Un sticker est apposé sur les vitrines des établissements participants. L’objectif, d’ici avril 2022, est de constituer un réseau de 500 commerces partenaires.

Mais pour lutter contre le tout-jetable, vous pouvez déjà favoriser l’eau du robinet à celui des bouteilles en plastiques et vous déplacer avec une gourde pour faire vos trajets quotidiens. Certaines personnes ont peur, car l’eau potable est traitée avec du chlore, et que ceci peut générer la présence d’un faible taux de trihalométhanes (THM) qui représente un risque de développement du cancer de la vessie (en plus d’un goût ou d’une odeur désagréable de chlore). Cependant, l’eau est traitée pour que des normes soient respectées et que cela ne soit pas dangereux à la consommation.

Simon et Emile


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet. Retrouvez nos précédents articles : Aceredo : une des nombreuses preuves du réchauffement climatique, Inondations en Australie, La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Aceredo : une des nombreuses preuves du réchauffement climatique

Aceredo, un village espagnol, avait été englouti sous les eaux, telle la célèbre Atlantide, pour la construction d’un barrage et 30 ans plus tard… il ressurgit !

Bonne nouvelle ? Non, non, non, non, non… Cela témoigne du réchauffement climatique et de ses conséquences !

Capture d’écran RTL 15/02/2022

Depuis l’automne 2021, on a pu constater une baisse du niveau de l’eau contenue dans le réservoir du barrage dû à une sécheresse incroyable. De plus, des scientifiques ont pu constater qu’en janvier, il n’a plu que le quart de ce qu’il aurait dû tomber. Résultat : avec seulement 15% de la capacité de stockage du barrage rempli, on a pu voir Aceredo ressurgir des profondeurs !

Des restes de charpentes, des murs entiers, des toits partiellement en miettes, des vieilles voitures rouillées et même des bouteilles de bière (vides malheureusement !), voilà le décor de ce spectacle du passé. Soixante-dix maisons ont pu revoir la lumière du jour.

À cette nouvelle, plusieurs personnes se sont rassemblées sur le lieu pour constater les conséquences de la sécheresse due au réchauffement et c’est avec un mélange de stupeur et de fascination qu’ils ont posé le regard sur cette ville fantôme, prouvant notre manque d’efficacité pour nous bâtir un avenir meilleur.

Pour couronner le tout, cet évènement n’est pas si nouveau, de nombreux cas similaires ont déjà eu lieu en Italie et à d’autres endroits de l’Espagne. Cela prouve donc, une fois de plus, que l’eau nous est indispensable, et pour le rappeler, la journée mondiale de l’eau arrive à grand pas, le 22 mars précisément.

Justine


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet. Retrouvez nos précédents articles : Inondations en Australie, La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Inondations en Australie

Des pluies diluviennes s’abattant sur l’Australie depuis maintenant deux semaines ont causé 20 morts. L’état d’urgence y a été déclaré le 9 mars.

Capture d’écran Sud Ouest 1/03/2022

L’évacuation :

60 000 personnes habitant Sydney ont du évacuer en prévision de nouvelles crues. Les secours font le maximum pour aider la population et retrouver les morts. Au cours de la journée de lundi, les secours ont été appelés pour venir en aide à une centaine de personnes et ce chiffre devait augmenter au fil de la journée de mardi, quand la tempête s’est abattue sur Sydney.

Le barrage de Manly en périphérie de la ville, dans la banlieue de Georges Hall, a débordé. Des habitants ont été coincés dans leurs voitures complètement submergées.

L’Australie, touchée par le changement climatique:

Dans le nord de l’État de Nouvelle-Galles du Sud, les inondations ont détruit des maisons, emporté des voitures et contraint des centaines d’habitants à se réfugier sur leur toit. Les longues et difficiles opérations de nettoyage ont commencé. Mullumbimby, une ville située au sud de Brisbane est depuis plusieurs jours coupée du reste du monde, sans téléphone, sans internet et sans aide extérieure, a expliqué à l’AFP un habitant.

L’équivalent des incendies:

Ces inondations sont considérées comme l’équivalent des incendies qui ont ravagé l’Australie entre 2019 et 2020. L’Australie a été durement touchée ces dernières années par le changement climatique : les sécheresses, les feux de brousse meurtriers et les inondations y sont de plus en plus fréquents et intenses.

Gaspard


A l’occasion de la Journée mondiale de l’eau toute l’équipe s’est mobilisée pour vous proposer une « série » concernant le sujet. Retrouvez notre précédent article : La question de l’eau dans la guerre en Ukraine

Don’t look up : un incroyable film à ne pas louper

Don’t look up est un film américain de science-fiction sorti en 2021, réalisé par Adam McKay. C’est le troisième plus gros succès de l’histoire de Netflix.

Deux astronomes, Dr. Randall Mindy (Léonardo DiCaprio) et la doctorante Kate Dibiasky (Jennifer Lawrence) découvrent une comète large de 5 à 10 kilomètres qui fonce sur la planète Terre. Par la suite, ils en parlent à la présidente (Meryl Streep) qui ne les écoute pas… Ainsi qu’à des journalistes qui veulent en rigoler. Ceci mènera à une catastrophe.

Le réalisateur a voulu montrer avec l’image de la comète, que la Terre est menacée par le réchauffement climatique. Il cherche à dénoncer l’attitude négligente des médias et du gouvernement face aux catastrophes à venir.

Ce film comporte de très bons acteurs connus : Léonardo DiCaprio, Ariana Grande, Jennifer Lawrence et Timothée Chalamet qui rendent donc ce film magnifiquement interprété. Les décors sont vraiment très bien construits. Il est globalement triste, mais le réalisateur fait pencher la balance avec des petites touches d’humour noir. Nous conseillons ce film aux fans de science-fiction.

Alexia et Margot 🙂 !

Le réchauffement climatique et la pollution

Le réchauffement climatique est naturel. Il existait bien avant les activités humaines, mais s’est intensifié à cause de celles-ci. La production des gaz à effet de serre a augmenté.

Plus l’eau est chaude, plus elle est acide. Pour observer le phénomène d’accroissement de l’acidité, on utilise l’unité de mesure pH (potentiel hydrogène). Plus celle-ci est chaude et acide, plus elle est appauvrie en oxygène et fait fuir les espèces de leur habitat. C’est problématique, car CHAQUE ESPÈCE EST INDISPENSABLE à la survie des autres espèces. Si la proie d’une espèce quitte son habitat le prédateur doit aussi quitter son habitat pour trouver de quoi se nourrir et l’endroit se vide peu à peu.

Les flèches rouges représentent quelle espèce mange quelle espèce.
Les étiquettes avec un fond jaune (et le CO2) représentent l’influence du réchauffement climatique sur l’environnement.

Mais certaines espèces ne meurent pas à cause réchauffement climatique, elles meurent à cause de la pollution et des déchets jetés dans l’eau ou par terre. Il existe deux types de pollution : la pollution et la micro-pollution. Par exemple, la pollution peut venir de l’essence et la micro-pollution peut venir des pneus de voitures.

Prenons cette tortue comme exemple : elle a un sac en plastique autour du cou. Le plus gros danger est qu’elle s’asphyxie, c’est-à-dire, s’étouffe.

Sur cette photo, nous retrouvons la tortue et son sac plastique.
Sur la photo du milieu, il y a plein de déchets en pleine rue.
Sur la dernière photo (tout à droite) nous voyons une rivière énormément remplie de déchets.

Maintenant que tu as pris conscience des problèmes liés au réchauffement climatique et à la pollution, as-tu envie de changer ton mode de vie ?

Marion & Eluisa

Le gouvernement dit « stop » au gaspillage

Saviez-vous que les jouets en plastique des fast-foods et les emballages plastiques sur les fruits et légumes sont interdit depuis le premier janvier en France ? Et qu’il est aussi interdit de jeter des invendus vestimentaires ?

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, dite AGEC, est entrée en vigueur après un glaçant constat : plusieurs magasins de vêtements brûlent leurs invendus et des commerces alimentaires emballent leurs fruits et légumes alors que ceux-ci sont déjà naturellement protégés.

Cette loi va servir à mieux contrôler ce gaspillage.

Clémentine, Selma et Rose